Brésil : les députés entament le processus de destitution de Dilma Rousseff

La présidente du Brésil Dilma Roussef, le 17 mars 2016 à Brasilia (Brésil).
La présidente du Brésil Dilma Roussef, le 17 mars 2016 à Brasilia (Brésil). (RICARDO BOTELHO / BRAZIL PHOTO PRESS / AFP)

Les parlementaires ont élu jeudi une commission spéciale chargée de rédiger un rapport préconisant ou non la poursuite de la procédure contre la présidente.

Au Brésil, les députés brésiliens ont donné jeudi 17 mars à Brasilia le coup d'envoi de la procédure destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff, qui tangue au milieu d'une tempête politique majeure.

Les parlementaires ont élu une commission spéciale de 65 députés, chargée de soumettre à l'assemblée plénière du Congrès des députés un rapport préconisant ou non la poursuite de la procédure contre la présidente, accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics en 2014, l'année de sa réélection, et début 2015.

"C'est comme cela que commencent les coups d'Etat"

Jeudi soir, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva a été investi chef de la Maison Civile, avec l'objectif de venir au secours de Dilma Rousseff. Mais un juge a immédiatement suspendu cette nomination alors que des milliers de manifestants hurlaient leur désaccord devant la présidence à Brasilia.

"Les cris des putschistes ne vont pas me faire dévier de cap ni mettre à genoux notre peuple, a proclamé Dilma Roussef, avant d'ajouter : "S'ils violent les prérogatives de la présidente que feront-ils avec celles des citoyens. C'est comme cela que commencent les coups d'Etat". Dimanche dernier, plus de trois millions de personnes avaient déjà exigé le départ de la présidente de gauche dans les rues du pays.

Vous êtes à nouveau en ligne