Brésil : le président par intérim Michel Temer mis en cause dans le scandale de corruption Petrobras

Michel Temer délivre un discours au palais présidentiel du Planalto, à Brasilia (Brésil), le 8 juin 2016.
Michel Temer délivre un discours au palais présidentiel du Planalto, à Brasilia (Brésil), le 8 juin 2016. (RICARDO BOTELHO / BRAZIL PHOTO PRESS / AFP)

Un ex-dirigeant d'une filiale de Petrobras accuse Michel Temer de lui avoir demandé "des ressources illicites" pour financer la campagne d'un député fédéral à la mairie de Sao Paulo, en 2012.

Le président par intérim du Brésil est éclaboussé par un scandale de corruption, mercredi 15 juin. L'ex-dirigeant de Transpetro, une filiale de Petrobras, affirme que Michel Temer a participé au réseau de corruption qui a détourné plus de deux milliards de dollars (1,7 million d'euros) des coffres du géant du pétrole en dix ans.

Sergio Machado, qui a passé un accord avec la justice pour réduire sa peine dans le cadre de cette affaire, a déclaré que le chef d'Etat par interim lui avait personnellement demandé "des ressources illicites" provenant de la corruption à Petrobras pour financer la campagne d'un député fédéral à la mairie de Sao Paulo, Gabriel Chalita, en 2012. Au total, Michel Temer aurait réclamé un montant de 1,5 million de reais (383 000 euros).

Michel Temer dément

Sergio Machado affirme en outre avoir versé des pots-de-vin au président brésilien ainsi qu'à une dizaine d'hommes politiques, dont l'actuel président du Sénat et le ministre du Tourisme. Ces deux hommes sont membres du parti de centre-droit de Michel Temer, le PMDB.

Michel Temer, qui dirige le pays depuis la mise à l'écard de Dilma Rousseff le 12 mai, a nié tout lien avec le réseau de corruption Petrobras. Il a affirmé, mercredi 15 juin, n'avoir "jamais" reçu de fonds électoraux illégaux, "ni pour lui, ni pour son parti et encore moins pour d'autres candidats".

D'autres accusations pèsent contre lui

Au cours des derniers mois, un autre délateur a accusé Michel Temer d'avoir "parrainé" deux politiciens impliqués dans le scandale Petrobras. La justice a également découvert des messages téléphoniques selon lesquels le président par intérim aurait reçu cinq millions de reais (1,3 million d'euros) d'une entreprise impliquée dans les fraudes. Michel Temer assure toutefois qu'il s'agissait d'un don "légal" pour sa campagne électorale.

Les révélations de Sergio Machado pourraient donc fragiliser un peu plus le gouvernement mis en place par Michel Temer. En seulement vingt jours, le chef d'Etat par intérim a déjà perdu deux ministres, accusés d'entrave à l'enquête sur le scandale Petrobras.

Vous êtes à nouveau en ligne