EN IMAGE. La photo d'un jeune garçon couvert de pétrole devient le symbole de la pollution des côtes brésiliennes

Everton Miguel dos Anjos sort de l\'eau souillé de pétrole, lundi 21 octobre, à Cabo de Santo Agostinho, dans l\'Etat du Pernambouc au Brésil.
Everton Miguel dos Anjos sort de l'eau souillé de pétrole, lundi 21 octobre, à Cabo de Santo Agostinho, dans l'Etat du Pernambouc au Brésil. (LEO MALAFAIA / AFP)

La photo du garçon de 13 ans a été prise sur une plage à Cabo de Santo Agostinho. Plus de 200 localités ont été touchées par des résidus pétroliers sur les côtés brésiliennes. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'image est devenue le symbole de la pollution des côtes brésiliennes. Elle montre un garçon sortant de l'eau, les yeux fermés et l'expression douloureuse, le torse recouvert d'un sac-poubelle et souillé du pétrole qui touche plus de 2 000 kilomètres de côtes du Nordeste, au Brésil. Le cliché a été pris par Leo Malafaia, un photographe pigiste de l'AFP, lundi 21 octobre, en fin de matinée, sur la plage d'Itapuama, à Cabo de Santo Agostinho, dans l'Etat du Pernambouc.

Everton Miguel dos Anjos sort de l\'eau souillé de pétrole, lundi 21 octobre, à Cabo de Santo Agostinho, dans l\'Etat du Pernambouc au Brésil.
Everton Miguel dos Anjos sort de l'eau souillé de pétrole, lundi 21 octobre, à Cabo de Santo Agostinho, dans l'Etat du Pernambouc au Brésil. (LEO MALAFAIA / AFP)

Ce jour-là, Everton Miguel dos Anjos, 13 ans, avait accouru avec ses quatre frères et plusieurs cousins pour retirer les galettes de pétrole qui jonchaient le sable et s'incrustaient dans les rochers. Au début, il portait un t-shirt qu'il a fini par enlever parce qu'il était entièrement taché de noir. C'est pour cela qu'il a décidé de se tailler une sorte de tunique dans un sac-poubelle. Près de 500 bénévoles étaient sur la plage à ce moment-là, un grand nombre d'habitants des environs étant disponibles parce que ce lundi était férié pour de nombreux Brésiliens.

Plus de 1 000 tonnes de résidus pétroliers ramassés

Le jeune Brésilien a raconté au photographe que sa mère l'avait grondé quand elle a découvert la photo publiée dans les plus grands médias brésiliens et étrangers. "Je lui avais demandé l'autorisation d'aider les gens à nettoyer la plage et elle m'avait dit oui, mais à une condition : que je ne me salisse pas !", a-t-il révélé.

Le ministère de la Santé du Brésil a rappelé que l'inhalation de vapeurs de pétrole, ou le contact physique avec ces substances toxiques, présentait des risques importants pour la population. Jeudi, quatre jours après cette photo, il ne restait que des fragments de pétrole sur la plage. L'armée avait pris en charge les opérations et décidé que, désormais, les enfants ne seraient plus autorisés à y participer.

Le littoral du Nordeste brésilien est en proie, depuis début septembre, à une importante pollution aux hydrocarbures d'origine inconnue. De grandes galettes de pétrole souillent les plages paradisiaques d'une région pauvre dont l'économie dépend du tourisme. Plus de 200 localités ont été touchées et plus de 1 000 tonnes de résidus pétroliers recueillis, selon la Marine.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne