Brésil : des footballeurs arborent des maillots tachés pour dénoncer la pollution

Une bénévole nettoie les plages brésiliennes souillées par des hydrocarbures, le 19 octobre 2019. 
Une bénévole nettoie les plages brésiliennes souillées par des hydrocarbures, le 19 octobre 2019.  (ANTONELLO VENERI / AFP)

L'équipe a annoncé qu'elle mettrait aux enchères les maillots portés par les joueurs afin d'obtenir des fonds pour venir en aide aux équipes chargées du nettoyage des plages, souillées par une mystérieuse pollution aux hydrocarbures. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le club de D1 brésilienne de Bahia s'engage. Lundi 21 octobre, les joueurs ont foulé la pelouse avec un maillot représentant des taches de pétrole. Objectif : sensibiliser ses supporters à la pollution mystérieuse ayant souillé, depuis septembre, plus de 2 000  km de côtes du pays. "C'est ton problème, c'est notre problème", a affirmé le club dans un communiqué où l'on peut voir une photo du maillot aux couleurs habituelles bleu, blanc et rouge, barré de grandes taches noires sur les côtés.

"Qui a répandu ce pétrole ? Qui sera puni pour une telle irresponsabilité ?", poursuit le club, double champion du Brésil (1959 et 1988), avant la rencontre contre Ceara. 

Le club a également annoncé qu'il mettrait aux enchères les maillots portés par les joueurs afin d'obtenir des fonds pour venir en aide aux équipes chargées du nettoyage des plages.

525 tonnes de pétrole retirées 

L'agence publique environnementale Ibama a recensé deux cents localités dont les bords de mer sont jonchés de grandes galettes de pétrole. Plus de 525 tonnes ont été retirées, selon la marine. Les nappes de pétrole sont arrivées ces derniers jours sur des plages paradisiaques de Pernambouc, au nord de Bahia, y compris à proximité de la cité balnéaire de Porto de Galinhas, un des hauts lieux touristiques du Brésil. D'après les autorités locales, les résidus de pétrole ramassés par les équipes de nettoyage sont acheminés vers des centres de recyclage et pourraient être réutilisés dans la construction civile.

Les causes de cette pollution qui a commencé à être observée début septembre n'ont toujours pas été déterminées, même si des analyses de prélèvements ont confirmé que le pétrole était d'origine vénézuélienne. Les enquêteurs se penchent, entre autres, sur la possibilité d'une fuite provenant d'un "cargo pétrolier fantôme" qui transporterait clandestinement des hydrocarbures en raison de l'embargo pétrolier imposé par les Etats-Unis au Venezuela.

Vous êtes à nouveau en ligne