Brésil : le processus de destitution de Dilma Roussef relancé

(Waldir Maranhao, le président par intérim du Congrès des députés brésiliens © Eraldo Peres/AP/SIPA)

Nouveau rebondissement dans la crise politique brésilienne : le président de l'Assemblée brésilienne est revenu ce mardi matin sur sa décision annoncée lundi de suspendre le processus de destitution de la présidente Dilma Rousseff.

Le président par intérim du Congrès des députés avait provoqué un coup de théâtre en annulant lundi le vote de l'assemblée plénière des députés qui avait approuvé par 367 voix sur 513, le 17 avril, la procédure de destitution de Dilma Rousseff et son renvoi au Sénat.

Une décision aussitôt jugée "intempestive" par le président du Sénat brésilien Renan Calheiros qui ordonnait lui sa poursuite du processus en cours. Selon lui, "aucune décision autocratique ne pouvait s'imposer à une décision collégiale."Deuxième coup de théâtre ce mardi avec le rétropédalage du président de l'Assemblée, Waldir Maranhao, qui explique, dans un communiqué, "revenir sur sa décision" d'annuler le vote du 17 avril des députés. Autrement dit pour Dilma Rousseff, le sursis a été de très courte durée.

Vous êtes à nouveau en ligne