Boeing disparu : les recherches ne sont plus que sous-marines

(Richard Polden Reuters)

Les recherches pour tenter de retrouver le Boeing de Malaysia Airlines sont entrées dans une nouvelle phase mercredi : finies, les opérations aériennes et navales ; les avions et navires mobilisés depuis le 8 mars ont été rappelés. Les recherches ne seront désormais plus que sous-marines, au large des côtes ouest de l'Australie.

Plus de 300 sorties aériennes ; jusqu'à 14 bateaux mobilisés. En vain. Les opérations de recherche, pour tenter de retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu des écrans radars le 8 mars, entrent aujourd'hui dans une nouvelles phase.

Avions et navires vont rentrer dans leurs bases ; la priorité est désormais donnée à l'exploration sous-marine. C'est ce qu'annoncent les autorités australiennes, qui coordonnent les opérations, au large de loeurs côtes occidentales.

Huit pays participaient aux recherches aériennes, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine. La plupart des avions auront quitté Perth dans la journée ; seul un P-3 Oriion australien restera en stand-by.
Quant aux bateaux, australiens, chinois et britanniques, ils ont également été rappelés.

Recherches élargies à près de 60.000 km²

Lundi déjà, le Premier ministre australien s'était montré assez pessimiste sur les chances de retrouver, un jour, l'épave de l'avion. Tony Abbott avait indiqué que, si nécessaire, les recherches sous-marines seraient élargies, "à l'ensemble de la zone d'impact estimée, soit 700 kilomètres sur 80" , près de 60.000 km².

400 km² ont, pour l'heure, été sondés par un robot sous-marin équipé d'un sonar, le Bluefin-21. Dans une zone où des émissions de boîtes noires avaient été détectées. Sans succès.

Vous êtes à nouveau en ligne