Boeing disparu : le mystère des portables des passagers

(Mirror Autre)

Toujours aucune trace du Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu samedi à l'aube, peu de temps après son décollage de l'aéroport de Kuala Lumpur. A ce mystère "sans précédent", s'ajoute celui de téléphones portables de passagers et de membres d'équipage qui, quand on les appelle, laissent entendre une sonnerie. Ce qui peut laisser croire qu'ils ne seraient pas hors d'usage...

Des familles angoissées qui appellent leurs proches, passagers du Boeing disparu, et qui entendent des sonneries, et non pas, par exemple, le message enregistré en cas d'absence de réseaux.

"Techniquement, pour qu'un téléphone sonne, il faut qu'il soit en un
morceau, qu'il capte un réseau et qu'il soit chargé. Donc, dans l'hypothèse où
cette info est vérifiée, il y a une vraie énigme
" assure Thomas Jamet, de l'agence Moxie,
invité ce mardi matin de France Info. Et il s'étonne que 19 téléphones
portables allumés puissent ne pas être repérés, "alors qu'il y a des
moyens prodigieux mis en œuvre aujourd'hui pour retrouver cet avion".

Mais pour Emmanuelle Vivier, enseignante-chercheur en réseau et télécommunications à l'Isep, institut supérieur d'électronique de Paris, " Il peut y avoir des
téléphones qui sonnent alors qu'ils sont matériellement détruits".

Cette information sur des téléphones de passagers du Boeing
disparu qui continueraient de fonctionner, elle vient de la presse chinoise d'abord
relayée par un quotidien de Singapour, puis, par exemple, par le Washington Post,
l'International Business Times. Et le Mirror qui propose une vidéo de la
télévision chinoise où on voit une femme tenter de joindre un proche qui était dans l'avion.

Des téléphones de passagers et de membres d'équipages

Selon The Strait
Times de Singapour
, un fonctionnaire de la Malaysia Airlines, Hugh Dunleavy, a affirmé
que la compagnie elle-même avait essayé d'appeler les téléphones mobiles de
membres d'équipage. Et qu'ils avaient sonné eux aussi. Dans le vide. 

Une affaire qui renforce la colère des familles concernées, persuadées que les autorités ne leur disent pas toute la vérité. 

Vous êtes à nouveau en ligne