Beyrouth noyée depuis huit mois sous des tonnes d’ordures

(Depuis huit mois, les déchets envahissent les trottoirs de Beyrouth © Radio France / Pierrick Bonno)

La principale décharge qui recueillait les déchets de la ville de Beyrouth, ouverte à titre temporaire au début des années 90, a été fermée en juillet dernier, sans que le pouvoir ne trouve d’autre solution pour stocker les déchets de la capitale libanaise. Après huit mois de protestation, le gouvernement libanais a fait marche-arrière mais la crise des ordures est loin d'être terminée.

Beyrouth ne sait plus quoi faire de ses déchets. Le reportage sur place de Pierrick Bonno
--'--
--'--

Nous sommes à la sortie nord de Beyrouth, au bord d’une rivière qui traverse la ville. A quelques centaines de mètres, la mer méditerranée et l’odeur prenante d’une décharge sauvage qui n’a cessé de grossir depuis huit mois. "On est à 150 mètres de la mer et un peu au-dessus des berges on a sur 200 mètres une montagne de déchets entreposés à même le sol et l’air qui sont en cours de fermentation. C’est irrespirable et ces déchets sont là depuis l’été ", déplore Wadih Al Asmar, l’un des membres du collectif citoyen "Vous puez".

Cette vidéo du collectif "Vous puez" tournée avec un drone montre l'ampleur du désastre

Depuis dimanche, les camions-bennes font de nouveau des rotations entre Beyrouth et Naamé, à 40 kilomètre au sud de la capitale. Face au ras le bol des riverains, le gouvernement a décidé de rouvrir une décharge fermée depuis juillet. Mais ce n’est pas une solution selon Wadih. "Ce qu’on demande au gouvernement depuis le début c‘est de décentraliser cette question de la gestion des déchets, de rendre la gestion des déchets aux municipalités, d’obliger les municipalités à adopter des solutions pérennes qui respectent l’environnement et surtout d’avoir un plan stratégique à long terme pour la gestion des déchets ménagers ", explique le militant.

(Les camions bennes ont repris leurs rotations depuis le week-end mais la tâche est immense © Radio France / Pierrick Bonno)

A Saïda, des déchets invisibles

Une ville justement, la troisième ville du Liban, Saïda, a décidé il y a trois ans d’agir en construisant un centre d’enfouissement surmonté d’un parc paysager à deux pas d’une usine de traitement des déchets. Le projet d’enfouissement a été confié à un groupe français. "Auparavant ici vous aviez une montagne de déchets de 58 mètres. Aujourd’hui on est dans un espace qui est complétement intégré au niveau paysager, toutes les matières recyclables ont été recyclées. C’est un exemple pour le Liban. Il faudrait une décision politique dans d’autres endroits avec des financements qui aillent avec ", souligne Pierre Yves Pouliquen, directeur général délégué de Suez.

(Le parc aménagé par Suez sur le centre d'enfouissement des déchets de Saïda © Radio France / Pierrick Bonno)
(Un amphithéâtre a été construit sur le centre d'enfouissement des déchets de Saïda © Radio France / Pierrick Bonno)

Des financements et surtout une volonté politique. Le maire de Saïda, Mohamad Seoudi, y a passé tout son mandat. "Vous savez, malgré toutes ces questions d’argent, ça n’a pas été un problème. C’est une question de détermination. Je suivais le projet tous les jours. L’argent du gouvernement, ce n’était pas facilement à prendre mais on a trouvé les moyens de les convaincre. Et on a réussi ! " explique-t-il. Un projet à moins de 20 millions d’euros pour débarrasser une ville de 200.000 habitants de 35 ans de production de déchets.