Bangladesh : un gigantesque incendie fait au moins 69 morts à Dacca

Plusieurs bâtiments d\'un quartier historique de Dacca, la capitale du Bangladesh, ravagés par les flammes au lendemain d\'un incendie qui a tué au moins 69 personnes, dans des immeubles d\'habitation où se trouvaient des produits chimiques.
Plusieurs bâtiments d'un quartier historique de Dacca, la capitale du Bangladesh, ravagés par les flammes au lendemain d'un incendie qui a tué au moins 69 personnes, dans des immeubles d'habitation où se trouvaient des produits chimiques. (MUNIR UZ ZAMAN / AFP)

Les flammes ont ravagé plusieurs immeubles d'habitation de la capitale, où étaient entreposés des produits chimiques.

Au moins 69 personnes ont été tuées dans un gigantesque incendie qui a ravagé des immeubles d'habitation de la vieille ville de Dacca, la capitale du Bangladesh, où se trouvaient aussi des entrepôts de produits chimiques, mercredi 20 février. Le drame a aussi fait au moins 45 blessés, dont quatre sont dans un état critique. "Le nombre de morts pourrait être plus élevé. Les recherches se poursuivent", a prévenu un porte-parole des pompiers.

Jeudi matin, le sinistre était sous contrôle, mais pas encore éteint. Le feu a pu avoir pour origine une bombonne de gaz. Il s'est rapidement propagé à l'ensemble d'un immeuble, avant de gagner quatre bâtiments voisins. Des produits chimiques hautement combustibles, comme des granules en plastique et des sprays déodorants, étaient stockés dans ces immeubles.

"Les gens n'ont pas pu s'échapper"

Le sinistre s'est déroulé dans un quartier dont les rues sont très étroites et les immeubles sont situés très près les uns des autres. "Il y avait un embouteillage quand l'incendie a éclaté. Le feu s'est propagé si vite que les gens n'ont pas pu s'échapper", et des dizaines de personnes se sont trouvées prises au piège, a raconté le chef des pompiers. Des images diffusées par les chaînes de télévision ont également montré que le portail d'un des immeubles était fermé à clé, empêchant les habitants de s'enfuir.

En 2010, un incendie similaire, dans un immeuble où étaient entreposés des produits chimiques, avait fait 120 morts à Dacca. A la suite de ce désastre, les autorités avaient lancé une campagne de répression contre le stockage de produits chimiques dans les zones résidentielles, mais les efforts pour en finir avec cette pratique dangereuse se sont relâchés ces dernières années.

Vous êtes à nouveau en ligne