Bangladesh, interdiction de pêche

Le gouvernement bangladais interdit provisoirement la pêche pour la survie des espèces du golfe du Bengale. Une épreuve pour tous les pêcheurs.    
Le gouvernement bangladais interdit provisoirement la pêche pour la survie des espèces du golfe du Bengale. Une épreuve pour tous les pêcheurs.     (France 24)

Le gouvernement bangladais interdit provisoirement la pêche pour la survie des espèces du golfe du Bengale. Une épreuve pour tous les pêcheurs.    

Depuis un mois, les bateaux ne sortent plus du port de Cox's Bazar.  Le gouvernement a interdit a tous les pêcheurs d'attraper du poisson entre fin mai et fin juillet dans la baie du Bengale.   "Nous ne pouvons plus aller pêcher en mer. Nous réparons donc nos filets de pêche. Dans un mois, nous retournerons pêcher",  explique Mohammad Shahadat, pêcheur à Cox's Bazar.  

L'objectif de cette interdiction est de permettre la reproduction des espèces directement menacées par la surpêche. Une méthode qui a fait ses preuves ces dernières années. Seulement cette fois, le gouvernement a quasiment triplé la période concernée : de 3 semaines on est passé à 2 mois d’interdiction. Beaucoup de patrons redoutent désormais de devoir mettre la clé sous la porte, comme Mohammad Jashim, propriétaire d'un bateau dans le port.   "Je suis incapable de payer le salaire de mes ouvriers car je n'ai plus aucun revenu. Maintenant, tous les pêcheurs sont sans emploi et je manque d'argent."   Dans cette région du Bangladesh, environ 15 millions de personnes dépendent directement ou indirectement de la pêche. Le gouvernement a promis 40 kilos de riz par famille et par mois pour faire face aux difficultés.   

Vous êtes à nouveau en ligne