Avion disparu : la Malaisie examine l'hypothèse terroriste

(Edgar Su Reuters)

C'est le ministre des Transports qui l'annonce : les services de sécurité malaisiens s'intéressent de près à quatre passagers, dont deux ont voyagé avec des passeports volés en Thaïlande à des Européens... ce qui fait craindre un attentat. Le FBI américain va dépêcher sur place des agents et des experts. Le Boeing 777, qui transportait 239 personnes, est toujours introuvable. Les traînées de carburant, observées hier, étaient une fausse piste.

Les recherches ont repris ce dimanche matin, pour tenter de retrouver l'avion, ce Boeing 777 de Malaysia Airlines qui a disparu des écrans hier. Des avions vietnamiens avaient bien repéré des traînées de carburant, en mer de Chine du sud.

Fausse alerte : "Nous n'avons pas pu localiser, voir quoi que ce soit" , a expliqué le directeur de l'aviation civile malaisienne. Et Azharuddin Abdul Rahman d'ajouter que les recherches avaient été étendues vers la côte ouest de la Malaisie.

Car l'armée de l'air estime "possible " que le Boeing ait fait demi-tour avant de disparaître. Mais le patron de Malaysia Airlines souligne qu'alors les systèmes d'alerte du Boeing se seraient déclenchés...

L'appareil a disparu des écrans radar une heure après son décollage de Kuala Lumpur - et non deux, comme annoncé au départ, ce qui laisse penser qu'il était plus proche de KL qu'envisagé initialement.

Quoi qu'il en soit, ce sont désormais une quarantaine de navires et 22 appareils de divers pays (Chine, Etats-Unis, Vietnam, Malaisie, Philippes, Singapour) qui participent aux recherches. 

Mystérieux passeports volés

Les enquêteurs prennent très au sérieux cette histoire de passeports volés : deux passagers ont embarqué avec des passeports européens, l'un autrichien l'autre italien, volés en Thaïlande en 2012 et 2013. Qui plus est, CNN croit savoir que ces deux passagers ont acheté leur billet ensemble...

"Il est trop tôt pour spéculer" , disait hier le Premier ministre malaisien. Changement de ton ce dimanche matin. Le ministre malaisien des Transports, qui est aussi ministre de la Défense, examine désormais l'hypothèse terroriste. "Nos services de renseignement ont été mobilisés et bien sûr les agences de contre-terrorisme de tous les pays concernés ont été informés" , a déclaré Hishammuddin Hussein. Qui a révélé que deux autres passagers étaient également suspects : "Quatre noms sont sur mon bureau" .