Au troisième jour du procès, un ancien garde du corps a affirmé que Murray lui a demandé de dissimuler des médicaments.

Alberto Alvarez, ancien garde du corps de Mickael Jackson, au procès du Dr Conrad Murray, le 29 septembre 2011.
Alberto Alvarez, ancien garde du corps de Mickael Jackson, au procès du Dr Conrad Murray, le 29 septembre 2011. (AL SEIB / POOL / AFP)

Un ancien garde du corps a affirmé hier devant le tribunal de Los Angeles que le Dr Conrad Murray lui a demandé de dissimuler des médicaments avant l"arrivée des secours, le jour de la mort de Mickael Jackson.

Un ancien garde du corps a affirmé hier devant le tribunal de Los Angeles que le Dr Conrad Murray lui a demandé de dissimuler des médicaments avant l"arrivée des secours, le jour de la mort de Mickael Jackson.

Quand il est entré dans la chambre de Mickael Jackson, son agent de sécurité raconte l"avoir vu allongé sur le lit, "les bras écartés, les paumes vers le ciel, les yeux et la bouche ouverts". Conrad Murray exerçait des pressions sur son torse, d'une main, selon Alberto Alvarez.

"Alors que je me tenais au pied du lit, il (Murray) a pris une poignée de flacons et m'a dit 'Mettez-les dans un sac'", a raconté jeudi Alberto Alvarez, l'une des premières personnes à être entrées dans la chambre de Mickael Jackson le 25 juin 2009. Selon Alberto Alvarez, le Dr Conrad Murray lui aurait ensuite désigné un pied de perfusion situé à côté du lit en lui demandant de lui donner l"une des poches.

La poche contenait « ce qui m'a semblé être une substance blanche et laiteuse », a décrit le garde du corps à la barre. « Je me souviens de l'avoir vue au fond de la poche ». Le médecin personnel du roi de la pop est accusé d"avoir provoqué la mort du chanteur en lui administrant un cocktail de calmants et un puissant anesthésiant, le propofol. Le procureur David Walgren a identifié devant le tribunal ce flacon comme étant du propofol, le puissant anesthésiant que Michael Jackson utilisait comme somnifère et qui a provoqué sa mort.

Le Dr Murray risque quatre ans d"emprisonnement pour homicide involontaire. Il assure qu"il a administré ces substances à la demande expresse du chanteur et que celui-ci aurait ensuite pris seul des médicaments, sans en référer à qui que ce soit. Le tribunal de Los Angeles doit entendre vendredi le récit des deux pompiers dépêchés sur les lieux.

Vous êtes à nouveau en ligne