Attentats de Paris : la communauté internationale sous le choc

Hommage aux victimes des attentats près d\'un restaurant de Paris
Hommage aux victimes des attentats près d'un restaurant de Paris (AFP / Dominique Faget)

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, ont fait plus de 120 morts et 250 blessés. Ces attaques sans précédent en France ont suscité une vague de réactions à travers le monde. Condamnations, soutiens ou messages politiques se sont succédé.


«Liberté. Egalité. Fraternité». La devise de la République française est citée en français par le président américain qui est le premier chef d’Etat à réagir.
Pour Barak Obama, l’attaque contre Paris est «une attaque contre l’humanité et nos valeurs universelles».
 
Condamnations unanimes
La condamnation est unanime dans les pays européens.
L’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la Grande Bretagne notamment dénoncent spontanément les attentats terroristes qui frappent la France et se disent prêts à apporter leur aide. «Nous allons tout faire pour aider à la chasse des auteurs et des instigateurs» souligne Angela Merkel.   
 
Pour la Russie, la réponse est directe. Il faut «intensifier la lutte contre des organisations radicales armées telles que le groupe Etat islamique ou le Front al-Nosra en Syrie» comme le précise le chef de la diplomatie russe Sergueï
Lavrov.
             
Le Japon et la Chine se disent «choqués» et s’engagent à « prévenir» ou «combattre» le terrorisme.

Plusieurs pays d'Afrique dont notamment le Nigéria et le Mali, touchés par l'extrémisme islamiste, ont exprimé leur solidarité avec la France. 
 
L’Iran, l’Arabie Saoudite et la Syrie
Le président iranien Hassan Rohani a condamné les «crimes contre l’humanité» et reporté son voyage en Europe.
 
En Arabie Saoudite, ce n’est pas le le roi Salmane mais son ministre des Affaires étrangères qui s’est exprimé. Pour Adel al-Jubeir, les attaques terroristes constituent «une violation de toute éthique, toute morale et toute religion»
 
La Syrie est très réservée sur les attentats en France. L’information est à peine relayée par les médias officiels syriens. Le président syrien a quant à lui fait un parallèle avec la situation dans son pays «la terreur sauvage qu’a subie la France est ce que le peuple syrien endure depuis cinq ans» a souligné Bachar al-Assad.

Enfin, Al-Azhar la plus prestigieuse institution de l’islam  sunnite a appelé «le monde entier à s’unir pour faire face au monstre» qu'est le terrorisme. 
Vous êtes à nouveau en ligne