"Vive condamnation" de Pékin après l'agression de six étudiants chinois

Une maison à Hostens (Gironde), où six étudiants chinois ont été agressés, dans la nuit du 14 au 15 juin 2013.
Une maison à Hostens (Gironde), où six étudiants chinois ont été agressés, dans la nuit du 14 au 15 juin 2013. (FRANCE 3 AQUITAINE)

L'ambassade de Chine en France a appelé les autorités françaises à "prendre les mesures appropriées pour garantir la sécurité des étudiants chinois".

L'affaire prend une tournure diplomatique. L'ambassade de Chine en France a "vivement condamné" dimanche 16 juin l'agression de six étudiants chinois à Hostens, près de Bordeaux. Elle a également appelé les autorités françaises à "prendre les mesures appropriées pour garantir la sécurité des étudiants chinois" en France.

"Les services compétents du gouvernement chinois et l'ambassade de Chine en France prêtent une grande attention à cette affaire", a-t-elle poursuivi, précisant que "l'ambassade a déjà dépêché un responsable à Bordeaux" pour suivre l'affaire et rendre visite aux étudiants blessés.

Le Foll inquiet pour l'image de la France

Un peu plus tôt dans la journée, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait estimé  que cette agression était un acte inqualifiable, xénophobe et portant atteinte "à l'image de la France". Le ministre avait exigé des sanctions judiciaires rapides. 

Trois jeunes ont été placés en garde à vue samedi après cette agression au domicile des six étudiants, installés depuis mars à Hostens pour prendre des cours d'oenologie au Château la Tour Blanche à Bommes (Gironde). Parmi les étudiants agressés, une étudiante de 24 ans a été blessée au visage par le jet d'une bouteille et a dû subir une intervention chirurgicale au CHU de Bordeaux.

Vous êtes à nouveau en ligne