VIDEO. Tour du monde des différents Jours de l'an

Dans certains calendriers, le passage à une nouvelle année est un événement mineur ou empreint de gravité. Parfois, il donne lieu à des fêtes très joyeuses.

Après l'année du Singe, place à celle du Coq. Les festivités du Nouvel An chinois débutent samedi 28 janvier. En Chine, cette période de vacances, nommée "fête du Printemps", est la plus importante de l'année. Elle est synonyme de réunion familiale, de prières, de repas fastueux, de feux d'artifice et de pétards.

Selon l'agence officielle Chine Nouvelle, près de trois milliards de trajets seront effectués en l'espace de quarante jours pour l'occasion, ce qui en fait la plus grande migration humaine du monde. Ces festivités, qui ont également lieu au Vietnam, sont à distinguer des célébrations de la nouvelle année qui ont lieu en avril dans différents pays d'Asie du Sud-Est (Thaïlande, Laos, Cambodge, Birmanie).

Peu célébré ou synonyme d'introspection

Il existe d'autres Jours de l'an dans le monde. Dans le calendrier musulman, le premier mois de l’année s’appelle Mouharram. Le premier jour de ce mois est appelé 1er jour de l’Hégire. Il fait référence au 16 juillet 622 de l'ère chrétienne, lorsque le prophète, accompagné de quelques compagnons, partit de La Mecque pour rejoindre Médine. Cet événement n'est pas spécialement célébré, contrairement à la fin du ramadan ou la fête de l'Aïd el-Kebir. Cette année, le 22 septembre, nous entrerons dans l’année 1439.

Dans le calendrier juif, Rosh Hashanah marque le début de l’année juive. Cet événement est ponctué par un grand repas familial. Mais cette fête est plutôt austère, tournée vers l’introspection car "c'est l’ouverture de la session annuelle du Tribunal divin. Dieu examine la conduite des hommes", écrit l'encyclopédie Universalis. Selon le calendrier juif, le 21 septembre, nous entrerons en l'an 5778.

Victoire de la lumière sur les ténèbres

Chez les hindous, Diwali, la "fête des lumières", est particulièrement importante. Dans le nord de l'Inde, le quatrième jour de cette fête, Annakut, marque le début de la nouvelle année. Les maisons et les rues se parent de bougies, de guirlandes. Il est aussi de coutume d'allumer des pétards, des feux d'artifice et de s'offrir des cadeaux.

"Cet événement célèbre un épisode du Ramayana, poème mythologique de l’hindouisme, qui relate le retour dans sa capitale du roi Rama avec son épouse Sita, qui avait été kidnappée par le démon Ravana", rappelle La Croix. C'est une fête joyeuse qui célèbre symboliquement "la victoire du bien sur le mal, de la vie sur la mort, de la lumière sur les ténèbres".

Vous êtes à nouveau en ligne