VIDEO. Thaïlande : scènes de guérilla urbaine à Bangkok

Des milliers de manifestants ont affronté les forces de l'ordre devant le siège du gouvernement.

La tension est encore montée d'un cran en Thaïlande. Des milliers de manifestants ont affronté, lundi 2 décembre, les forces de l'ordre qui protègent le siège du gouvernement, à Bangkok. Les heurts ont duré jusqu'à la nuit tombée.

Les opposants, qui exigent la démission du gouvernement, ont tenté de franchir les blocs de béton et les barbelés entourant le bâtiment. Ils ont ensuite entrepris d'enfoncer le barrage policier à l'aide d'un bulldozer. La police les a repoussés à grand renfort de canons à eau, gaz lacrymogène et balles en caoutchouc.

Face à ce durcissement de la contestation, le pouvoir a accentué la pression sur l'opposition en lançant un mandat d'arrêt pour "insurrection" à l'encontre du meneur des manifestations, qui risque "la peine de mort ou la prison à vie", selon la police. Pas intimidé, celui-ci refuse toujours de négocier et a même annoncé dans la soirée "la prise du quartier général de la police métropolitaine" pour mardi. La Première ministre, elle, a exclu de démissionner. 

Vous êtes à nouveau en ligne