VIDEO. Hong Kong : les étudiants protestent contre la tutelle chinoise

REUTERS et APTN

La Chine exige que le futur chef de l'exécutif à Hong Kong serait bien élu au suffrage universel dès 2017, mais que seuls deux ou trois candidats seraient habilités à se présenter au scrutin.

La police chinoise a fait usage de gaz au poivre samedi pour tenter de disperser les étudiants et lycéens qui manifestent à Hong Kong devant le siège du gouvernement contre la décision de Pékin de limiter la portée du suffrage universel. 61 personnes ont été arrêtées dont des adolescents.

Une campagne de désobéissance civile contre la tutelle chinoise

Quelque 2 000 personnes manifestent depuis vendredi, point d'orgue d'une semaine de campagne de désobéissance civile dans l'ancienne colonie britannique passée sous tutelle chinoise. La Chine, à laquelle Hong Kong a été rétrocédé par Londres en 1997, a annoncé en août que le futur chef de l'exécutif local serait bien élu au suffrage universel dès 2017, mais que seuls deux ou trois candidats sélectionnés par un comité de nomination seraient habilités à se présenter au scrutin.

Lancée lundi, la campagne de désobéissance civile avait rassemblé quelque 13 000 étudiants sur un campus du nord de Hong Kong, selon les organisateurs. En juillet un demi-million de manifestants avaient défilé dans les rues pour protester contre l'emprise croissante de Pékin sur la vie de Hong Kong.

Vendredi, quelque 150 manifestants ont pénétré le complexe gouvernemental, certains escaladant une clôture tandis que d'autres criaient "Ouvrez les portes", selon des témoins sur place.

Vous êtes à nouveau en ligne