Une nouvelle méduse découverte sur une plage de Tasmanie

C\'est lors d\'une promenade sur une plage de Tasmanie (Australie) qu\'une famille a découvert un nouveau type de méduse, jusque-là non classé. 
C'est lors d'une promenade sur une plage de Tasmanie (Australie) qu'une famille a découvert un nouveau type de méduse, jusque-là non classé.  (JOSIE LIM / AFP)

L'animal, une masse blanche et visqueuse d'1,5m de diamètre, s'est échoué en Australie. Elle appartiendrait à la famille des méduses à crinière de lion. 

Ils ramassaient tranquillement des coquillages quand soudain... les membres de la famille Lim sont tombés sur une gigantesque masse blanche et visqueuse de 1,5 mètre de diamètre échouée sur une plage australienne de l'île de Tasmanie, rapporte le Sydney Morning Herald (en anglais), jeudi 6 février.

"Nous n'avons jamais vu quelque chose comme ça", raconte au quotidien Josie Lim, la mère. Et pour cause : la famille a en fait découvert un type de méduse encore non répertorié. 

C\'est lors d\'une promenade sur une plage de Tasmanie (Australie) qu\'une famille a découvert un nouveau type de méduse, jusque-là non classé. 
C'est lors d'une promenade sur une plage de Tasmanie (Australie) qu'une famille a découvert un nouveau type de méduse, jusque-là non classé.  (JOSIE LIM / AFP)
 

Prolifération de grandes méduses en Tasmanie

La trouvaille a été confirmée par des scientifiques, sur la base de la photographie prise par la famille et envoyée à l'Agence des sciences australienne (CSIRO). L'animal, à l'apparence aussi inhabituelle que peu ragoûtante, appartiendrait à la famille des méduses à crinière de lion, selon la biologiste Lisa Gershwin. Celle-ci évoque "une incroyable découverte", indiquant que l'espèce peut atteindre les deux mètres.

Pour la scientifique, cette nouvelle méduse se distingue toutefois des autres types de crinières de lion déjà connues. "Ses caractéristiques structurelles ne sont pas les mêmes que les autres", explique ainsi la biologiste interrogée dans le Guardian (en anglais). Objectif désormais : "donner un nom et une classification à cette créature." Lisa Gershwin va également la décrire, ainsi que deux autres types dont elle a obtenu des échantillons. 

Cette découverte survient alors qu'une prolifération de grandes méduses a été observée, ces derniers temps, dans les eaux de Tasmanie. Pour Lisa Gershwin, ce phénomène pourrait être lié aux changements climatiques : "L'année a été plutôt chaude. Les nombreuses choses qui se produisent dans le monde - pas seulement le climat, mais aussi l'acidification des océans, l'eutrophisation, l'introduction d'espèces, la pollution, la surpêche -, tout cela a des conséquences dans le monde entier, et nous ne sommes pas immunisés, ici en Australie."

Vous êtes à nouveau en ligne