Un humain sur cinq n'a pas accès à l'eau potable

Point d\'eau pour des réfugiés au Soudan.
Point d'eau pour des réfugiés au Soudan. (AFP)

L'eau est vitale. Pourtant, polluée, parasitée ou pire, empoisonnée, elle peut aussi tuer. Sur la Terre, un habitant sur cinq n'a pas accès à une eau potable. Aujourd'hui, un tiers de l'humanité ne couvre pas ses besoins. Un manque qui conduit à des pratiques dangereuses pour la santé, comme l'illustrent les trois reportages sélectionnés.

Au Bangladesh, la présence naturelle d'arsenic dans l'eau des puits est, selon l'OMS, le plus grand cas d'empoisonnement massif de toute l'Histoire. L'organisation estime qu'au total 70 millions d'habitants ont été empoisonnés. Des puits ont été forés sans vérifier si les nappes d'eau étaient potables. La population qui boit cette eau est atteinte de lésions de la peau, voire pire, de gangraine et de cancers. Au Bangladesh, on considère qu'une mort sur cinq est due à l'arsenic.


Reportage France 2 Pierre Monégier 30 août 2012

L'eau est également impropre à la consommation du fait de l'activité humaine. Ainsi en Indonésie, sur l'île de Java, la rivière Citarum est réputée être le cours d'eau le plus pollué au monde. Des centaines d'entreprises textiles déversent leurs eaux usées dans cette rivière, véritable égout à ciel ouvert. La population n'est pas en reste qui jette à la rivière les excréments des animaux. Les agriculteurs constatent les dégâts sur leurs récoltes de riz divisées par deux. Bien pire, l'eau des puits est à son tour polluée, et la population souffre de problèmes de peau.


Reportage AFP Vidéo mis en ligne le 6 septembre 2012

Le manque d'eau pousse aussi les populations à s'alimenter dans des mares ou des lacs où prolifèrent insectes, bactéries et parasites. Ainsi, la maladie du ver de Guinée a longtemps frappé l'Afrique, notamment sub-saharienne. Cette parasitose, provoquée par un long ver, se transmet exclusivement par la consommation d'eau contaminée. Grâce à un grand effort d'informations et de traitements des points d'eau, la maladie est en passe d'être éradiquée de la surface du globe.


Document Organisation Mondiale de la Santé

Vous êtes à nouveau en ligne