Tsai Ing-Wen, première femme présidente de l'histoire de Taïwan

Tsai Ing-Wen célèbre sa victoire, vendredi 15 janvier au soir à Taipei (Taïwan).
Tsai Ing-Wen célèbre sa victoire, vendredi 15 janvier au soir à Taipei (Taïwan). (SAM YEH / AFP)

Avec 56,12% des voix contre 31,04% pour le candidat de la majorité, elle remporte la victoire la plus écrasante du principal parti d'opposition.

Dans sa première déclaration, elle a appelé Pékin à respecter le "système démocratique, l'identité nationale et l'intégrité territoriale" de Taïwan. Tsai Ing-wen, candidate de l'opposition, est devenue samedi 16 janvier la première femme présidente de Taïwan. Elle a infligé une défaite cinglante au parti au pouvoir, le Kuomintang (KMT), artisan du rapprochement avec Pékin que les Taïwanais ont massivement rejeté avec ce vote.

Selon la commission électorale, Tsai Ing-Wen, du Parti démocratique progressiste (PDP), a remporté 56,12% des voix contre 31,04% pour Eric Chu (KMT). Il s'agit de la victoire la plus écrasante du principal parti d'opposition.

La Chine censure son nom sur Weibo

En votant massivement pour la candidate du PDP, les Taïwanais ont clairement exprimé leur souhait de tourner le dos au rapprochement que le KMT menait depuis huit ans avec le régime communiste chinois, sous l'égide de Ma Jing-jeou, le président sortant. Et cette victoire va inévitablement compliquer, voire dégrader, les relations entre Taïwan et la Chine, selon des experts.

Pékin a répondu à l'élection de la candidate de l'opposition en censurant son nom sur Weibo, le principal réseau social chinois, afin de limiter le traitement médiatique de son élection.

Vous êtes à nouveau en ligne