Thaïlande : des parents ont-ils vraiment abandonné leur bébé trisomique à sa mère porteuse ?

Le petit Gammy et sa mère porteuse, Pattaramon Chanbua, dans un hôpital thaïlandais de la province de Chonburi, le 4 août 2014.
Le petit Gammy et sa mère porteuse, Pattaramon Chanbua, dans un hôpital thaïlandais de la province de Chonburi, le 4 août 2014. (NICOLAS ASFOURI / AFP)

Le couple australien assure qu'il ignorait l'existence d'un frère jumeau de leur fille, tout en jetant des soupçons sur l'agence spécialisée qui a mis en place cette gestation pour autrui. 

Né il y a six mois d'une mère porteuse thaïlandaise, le petit Gammy se trouve aujourd'hui au centre d'une controverse. Ce bébé atteint de la trisomie 21 et d'une malformation cardiaque aurait été abandonné par ses parents génétiques, des Australiens, qui auraient tout de même adopté sa sœur jumelle. Les parents affirment, eux, qu'ils n'étaient pas au courant de l'existence de ce second bébé.

La mère porteuse aurait eu ordre d'avorter

C'est d'abord pour payer les frais médicaux de Gammy que sa mère porteuse, Pattaramon Chanbua, a fait connaître son histoire. Le nourrisson est actuellement hospitalisé pour une infection pulmonaire, et souffre de problèmes cardiaques, mais il est aussi né trisomique. En 2013, la jeune Thaïlandaise de 21 ans aurait été contactée par une agence spécialisée pour porter le ou les enfants d'un couple australien, en échange de 16 000 dollars.

Selon elle, l'agence spécialisée et les parents savaient, dès le quatrième mois de grossesse, que l'enfant était trisomique. Elle-même n'en aurait été informée qu'au septième mois, quand l'agence lui aurait demandé d'avorter du fœtus, à la demande des parents,  selon elle. Pattaramon Chanbua a refusé : en Thaïlande, l'avortement est illégal en dehors des cas de viol ou s'il y a un danger pour la santé de la mère.

Le couple assure qu'il ignorait l'existence du bébé

 

Arrivé en Thaïlande, le couple aurait totalement ignoré son fils malade, alors que les deux enfants dormaient côte-à-côte : "Le père est venu à l'hôpital pour s'occuper de la fille mais il ne regardait et ne portait jamais Gammy"a raconté la mère porteuse au Sydney Morning Herald (en anglais). Les parents auraient passé un mois dans le pays avant de rentrer en Australie avec leur fille. Selon le journal, le couple, dont l'homme est quinquagénaire, aurait expliqué être "trop vieux pour s'occuper de jumeaux".

Contactés par la chaîne australienne ABC (en anglais), les parents australiens se défendent d'avoir abandonné leur fils, dont ils affirment avoir appris l'existence avec la polémique : les médecins de la clinique ne leur auraient parlé que d'une fille. Ils jettent également le doute sur l'agence de mères porteuses, avec laquelle ils disent avoir eu une relation "traumatisante", rapporte le Guardian (en anglais). Plus troublant, ils disent avoir voulu contacter l'organisme et avoir découvert qu'il n'existait plus. De son côté, la mère porteuse assure que l'agence lui doit encore des milliers de dollars, et a annoncé son intention de la dénoncer à la police.

La gestation pour autrui bientôt réglementée en Thaïlande

L'affaire a provoqué une forte remise en question en Thaïlande. Selon le Sunday Morning Herald, des dizaines de cliniques thaïlandaises ont cessé de promouvoir la gestation pour autrui, alors qu'on estime que 200 couples australiens ont actuellement recours à une mère porteuse dans le pays. Une pratique jusqu'ici non régulée, que le gouvernement thaïlandais envisage maintenant d'interdire si la mère porteuse n'est pas de la famille des parents.

Mais Gammy n'est pas abandonné par tout le monde : une collecte de dons sur internet a déjà récolté plus de 210 000 dollars en douze jours. La somme permettra de "développer une stratégie à long terme" pour la santé du bébé, selon le président de l'association chargée d'en disposer. Gammy a pu être transféré dans un hôpital international pour soigner son infection pulmonaire et, selon sa mère porteuse, il se porterait déjà mieux.

 

Vous êtes à nouveau en ligne