Séisme en Indonésie : un contrôleur aérien célébré en héros après sa mort

Un airbus A319 de la compagnie aérienne Batik Airlines, le 19 octobre 2017, après son décollage depuis l\'aéroport de Toulouse-Blagnac.
Un airbus A319 de la compagnie aérienne Batik Airlines, le 19 octobre 2017, après son décollage depuis l'aéroport de Toulouse-Blagnac. (PASCAL PAVANI / AFP)

Selon sa hiérarchie, Anthonius Gunawan Agun a refusé de quitter son poste tant que l'avion qu'il supervisait ne serait pas dans les airs. Blessé lors des secousses alors qu'il tentait de fuir l'aéroport, il est décédé vendredi.

Il n'a pas bougé de son poste, au péril de sa vie. Alors que la terre commençait à trembler en Indonésie vendredi 28 septembre, Anthonius Gunawan Agun, un contrôleur aérien de 21 ans, est resté à son poste à l'aéroport Mutiara SIS Al-Jufrie de Palu afin d'assurer le décollage en toute sécurité d'un avion de ligne de la compagnie indonésienne Batik Air

"Quand le séisme s'est produit, il était en train de donner l'autorisation de décollage à un vol de Batik Air et il a attendu que l'avion soit dans les airs pour finalement quitter la tour du contrôle du trafic aérien", a déclaré un porte-parole d'AirNav Indonesia, l'organisation de supervision du contrôle aérien. Les collègues du jeune homme, qui ne supervisaient pas cet appareil, étaient eux déjà partis.

Des lésions internes

Après le décollage du vol 6231, la secousse est devenue plus forte, atteignant la magnitude de 7,5. Ce séisme et le tsunami qui a suivi ont fait au moins 832 morts. Alors que l'édifice était en train de s'écrouler, Anthonius Gunawan Agung a sauté du quatrième étage. Il s'est cassé les deux jambes dans cette chute qui a également provoqué de nombreuses lésions internes.

Il a été emmené dans un hôpital à proximité pour recevoir de premiers soins mais il est mort avant que n'arrive l'hélicoptère qui devait le transporter vers un établissement mieux équipé. Dans un communiqué, AirNav a indiqué que le grade d'Anthonius Gunawan Agung serait relevé de deux niveaux à titre posthume, en reconnaissance de son dévouement. 

Vous êtes à nouveau en ligne