Samsung accusé de rendre malade ses employés et leurs enfants

Un logo Samsung au siège du géant de l\'électronique, à Séoul (Corée du Sud), le 22 avril 2008.
Un logo Samsung au siège du géant de l'électronique, à Séoul (Corée du Sud), le 22 avril 2008. (HONG JIN-HWAN / AFP)

Des médias sud-coréens affirment que la santé des ouvriers des salariés de la célèbre marque est menacée par leur exposition aux produits chimiques.

Samsung Electronics est le leader coréen des semi-conducteurs. Le constructeur est aussi accusé par l'édition coréenne du Huffington Post ainsi que par le journal The Hankyoreh d'être responsable de maladies graves chez ses employés et leurs enfants, dans une série d'articles publiés mercredi 3 décembre.

"D'anciens ouvriers et leurs familles, ainsi que des syndicalistes, ont déclaré que les conditions de travail dans ses usines de semi­-conducteurs avaient entraîné une recrudescence de maladies telles que la leucémie et d’autres types de cancer chez certains employés", écrit le Huffington Post dans une version traduite en français. Sauf que cela a également touché leur progéniture, ce qui s'appelle la "reprotoxicité".

Le constructeur sud-coréen nie en bloc

Des accusations balayées par Samsung Electronics et SK Hynix, leaders dans le secteur des semi-­conducteurs en Corée du Sud. Pourtant, lors de la fabrication des puces électroniques, une manipulation nécessite une cuisson à 180°C. Or, l’Institut de recherches sanitaires et de sécurité du travail (OSHRI) estime que cela "génère des substances cancérigènes comme le benzène et le méthanal", rappellent les auteurs de l'enquête.

Ce n'est pas la première fois que les industriels sont pointés du doigt. Et ce n'est pas la première fois qu'ils nient en bloc. En 2008, lorsque les premiers rapports sur les "maladies industrielles liées aux semi-conducteurs" sont publiés, ils font de même. Pourtant, Le Monde (article payant) rappelait en 2012 que le gouvernement sud-coréen était intervenu pour demander à Samsung de "faire plus pour protéger son personnel".

Plus récemment, en avril, le quotidien économique Les Echos rapportait que le géant de l’électronique avait annoncé l’indemnisation d’employés qui auraient contracté des cancers en travaillant dans des usines du groupe.

Vous êtes à nouveau en ligne