Le pape François appelle à aider les Rohingyas et prononce le nom de cette minorité pour la première fois

Le pape François rencontre un réfugié rohingya à Dacca (Bangladesh) le 1er décembre 2017.
Le pape François rencontre un réfugié rohingya à Dacca (Bangladesh) le 1er décembre 2017. (VINCENZO PINTO / AFP)

Le pape François était jusqu'à présent resté d'une grande prudence verbale sur l'exode forcé des Rohingyas.

"La présence de Dieu aujourd'hui s'appelle aussi Rohingya." Le pape François, qui a rencontré dix-huit réfugiés de la minorité musulmane des Rohingyas, a utilisé pour la première fois depuis le début de son voyage en Asie le mot "Rohingya". Il a pris la parole publique après cette rencontre, à Dacca (Bangladesh) vendredi 1er décembre.

"Ne fermons pas nos cœurs"

Le pape François, d'une grande prudence verbale en Birmanie sur l'exode forcé des Rohingyas, a écouté avec gravité les membres de trois familles de réfugiés venus à sa rencontre en provenance du plus grand camp de réfugiés de la planète. "Une tradition de votre religion dit que Dieu au début a pris un peu de sel et l'a jeté dans l'eau qui est l'âme de tous les hommes", a commenté le pape publiquement à l'issue de ces rencontres. "Chacun de nous porte en lui un peu du sel divin. Ces frères et sœurs portent en eux le sel de Dieu", a ajouté le pape, évoquant "l'égoïsme" du monde. "Ne fermons pas nos cœurs, ne regardons pas dans l'autre direction. La présence de Dieu aujourd'hui s'appelle aussi Rohingya", a-t-il enfin dit.

Continuons à faire le bien et à les aider, continuons à agir pour que leurs droits soient reconnus.le pape François

Vous êtes à nouveau en ligne