Le nombre de personnes déplacées dans le monde atteint un record en 2017

Des réfugiés rohingyas à Ukhia, au Bangladesh, le 6 octobre 2017. 
Des réfugiés rohingyas à Ukhia, au Bangladesh, le 6 octobre 2017.  (FRED DUFOUR / AFP)

Elles étaient 68,5 millions l'année dernière. Au total, cela signifie qu'une personne sur 110 est déplacée dans le monde.  

Le chiffre ne cesse d'augmenter. Le nombre de réfugiés et de déplacés internes en raison de conflits dans le monde a atteint 68,5 millions en 2017, environ la moitié étant des enfants. Il s'agit d'un nouveau record, pour la cinquième année consécutive, a indiqué l'ONU mardi 19 juin.

La crise en République démocratique du Congo, la guerre au Soudan du Sud et la fuite de centaines de milliers de réfugiés rohingyas vers le Bangladesh depuis la Birmanie ont propulsé les déplacements forcés à des niveaux records, selon le rapport annuel du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Plus d'un réfugié sur cinq est palestinien

D'après les statistiques, le bond enregistré en 2017 (+3,1 millions de personnes) dépasse largement la progression de 2016 (+300 000) et s'explique par le fort accroissement du nombre de réfugiés, tandis que le nombre de déplacés internes a très légèrement diminué.

Au total, cela signifie qu'une personne sur 110 est déplacée dans le monde. La Syrie reste le pays qui compte le plus grand nombre de déplacés internes, suivie par la Colombie, la République démocratique du Congo et l'Afghanistan.

En ce qui concerne les réfugiés, un peu plus d'un cinquième sont des Palestiniens. Les autres proviennent, pour une grande majorité, de cinq pays seulement : Syrie, Afghanistan, Soudan du Sud, Birmanie et Somalie.