Coupe du monde 2018 : les Rohingyas du Bangladesh en rêvent encore

FRANCEINFO

La Coupe du monde de football est terminée en Russie, mais dans le plus grand camp de réfugiés de la planète, au Bangladesh, drapeaux brésiliens et argentins flottent encore et la fièvre perdure.

La Coupe du monde de football en Russie est finie depuis plusieurs jours. Mais dans les camps de réfugiés rohingyas du sud du Bangladesh, l'excitation ne retombe pas. Ils abritent un million de musulmans de cette minorité, qui a dû fuir la Birmanie. "Je suis fan de Neymar, c'est pour ça que j'ai fait la même coupe de cheveux que lui. Pour moi, cette Coupe du monde était formidable", confie Jahangir Alam, un réfugié rohingya de 17 ans.

Neymar a la cote

"Mon joueur préféré c'est Neymar", confie Nurul Afsar, 5 ans, portant une contrefaçon du maillot de l'équipe du Brésil et s'accrochant à son ballon en caoutchouc. "France-Croatie était un match exceptionnel ! J'ai réussi à le regarder facilement avec mes amis sur une télévision près de ma maison", affirme un autre réfugié, Nurul Abser, 18 ans. Après la finale, ils ont défilé avec une réplique miniature du trophée à travers tout le campement. Fans de Messi ou de Neymar, ils jouent au foot pieds nus en rêvant aux stars du ballon rond.

Vous êtes à nouveau en ligne