Crash d'un avion au Pakistan : les boîtes noires de l'appareil retrouvées, l'un des deux seuls survivants témoigne

Des forces de sécurité pakistanaises sécurisent la zone de Karachi où un avion s\'est écrasé, samedi 23 mai 2020.
Des forces de sécurité pakistanaises sécurisent la zone de Karachi où un avion s'est écrasé, samedi 23 mai 2020. (MAXPPP)

L'avion s'est écrasé sur un quartier de Karachi, vendredi, alors qu'il s'approchait de l'aéroport pour y atterrir.

Au moins 97 personnes sont mortes dans le crash, survenu vendredi, de l'Airbus A320 sur un quartier résidentiel de Karachi, la grande ville du sud du Pakistan, selon un nouveau bilan rendu public samedi 23 mai par les autorités locales. Ces dernières ont également fait état de deux survivants. "La boîte noire a été retrouvée tard hier, nous la remettons au bureau en charge de l'enquête", a indiqué samedi après-midi le porte-parole de la PIA, précisant que l'enregistreur des données de vol et l'enregistreur des conversations à l'intérieur du cockpit avaient tous deux été récupérés.

L'avion de la compagnie Pakistan International Airlines (PIA) s'est écrasé sur un groupe de maisons alors qu'il approchait de l'aéroport de Karachi. Le dernier bilan faisant état de 97 morts et deux survivants inclut tous les occupants de l'appareil, ont indiqué les services sanitaires de la province du Sindh, dont Karachi est la capitale.

"Tout le monde essayait de survivre", raconte l'un des rescapés

Deux personnes qui étaient à bord de l'avion ont survécu au drame qui n'a fait aucun mort dans le quartier pourtant très dense où l'Airbus s'est écrasé, selon un bilan confirmé par les autorités pakistanaises. Parmi les deux miraculés du crash figure Zafar Masud, le président de la Bank of Punjab, une des plus importantes banques du Pakistan, a précisé le président de PIA.

L'autre survivant, Mohammad Zubair, a raconté dans une interview vidéo sur son lit d'hôpital devenue virale sur les réseaux sociaux, les "cris partout" autour de lui au moment de l'accident. Après que l'avion a heurté le sol, "j'ai repris conscience" et "j'ai vu du feu partout. Personne n'était visible", se souvient le jeune homme de 24 ans. "Il y avait des cris d'enfants, d'adultes et de personnes âgées, des cris partout. Tout le monde essayait de survivre."

"J'ai ouvert ma ceinture de sécurité, j'ai vu de la lumière et j'ai essayé d'aller dans cette direction. Ca a marché. De là, j'ai sauté" hors de l'aéronef, poursuit-il d'une voix claire, le visage visiblement indemne après la catastrophe. D'après un cadre du ministère de la Santé du Sindh, province dont Karachi est la capitale, Mohammad Zubair souffre de brûlures, mais son état est stable.

Les circonstances du crash encore troubles

L'appareil en provenance de Lahore transportait 99 personnes (91 passagers et 8 membres d'équipage), a indiqué samedi un porte-parole de la compagnie aérienne, rectifiant un premier décompte qui faisait état de seulement 98 occupants. Les opérations de sauvetage ont pris fin samedi à l'aube.

Les circonstances du drame sont encore floues. D'après le PDG de la compagnie, l'appareil se trouvait "en approche finale" de l'aéroport de Karachi quand un incident est survenu. "La dernière fois que nous avons eu des nouvelles du pilote, il a indiqué qu'il avait un problème technique", a raconté ce responsable. "On lui a dit (...) que deux pistes étaient prêtes pour l'atterrissage, mais il a décidé de remettre les gaz." D'après le ministre de l'Intérieur pakistanais, le pilote avait indiqué avoir "perdu un moteur" puis lancé "un appel de détresse".

Vous êtes à nouveau en ligne