Après 14 ans de prison en Indonésie, le Français Michaël Blanc libéré sous conditions

Michaël Blanc, lors d\'une interview depuis sa prison à Jakarta (Indonésie), le 19 avril 2011.
Michaël Blanc, lors d'une interview depuis sa prison à Jakarta (Indonésie), le 19 avril 2011. (ROMEO GACAD / AFP)

Il était le plus ancien détenu français dans l'archipel. Il avait été condamné à 20 de prison pour avoir transporté 3,8 kg de haschich.

"Je suis heureuse, heureuse, heureuse." La mère de Michaël Blanc, le plus ancien détenu français en Indonésie, a annoncé, lundi 20 janvier, la libération de son fils, après 14 années derrière les barreaux. Michaël Blanc n'a pas voulu faire de commentaires, "trop sous le choc", a-t-elle ajouté. En l'absence de convention de transfèrement entre la France et l'Indonésie, il devra rester dans l'archipel jusqu'à la fin de sa peine, le 21 juillet 2017.

Le Français, âgé de 40 ans, avait été arrêté le lendemain de Noël, en 1999, à l'aéroport de l'île indonésienne de Bali, avec 3,8 kg de haschich cachés dans deux bouteilles de plongée. Il avait affirmé qu'elles appartenaient à un ami qui les lui avait confiées pour les transporter. Il avait échappé de justesse à la peine de mort, avant d'être condamné à la perpétuité.

Le combat d'une mère

Sa peine avait finalement été commuée en 20 ans de réclusion, en décembre 2008, en grande partie grâce à l'engagement extraordinaire de sa mère, qui a tout abandonné pour vivre en Indonésie auprès de son fils. "Si je n'avais pas été là, il ne serait plus là", estime Hélène Le Touzey. "Un moment, il m'avait demandé de partir pour pouvoir en finir avec la vie. Il me disait que je gâchais ma vie, que cela ne servait à rien et que je n'arriverais jamais à avoir sa libération", a-t-elle raconté avant la libération de son fils, la voix nouée.

Pierre Monégier, l'envoyé spécial de France 2, raconte, par téléphone, les circonstances de cette libération, loin des caméras.

PIERRE MONEGIER - FRANCE 2

Vous êtes à nouveau en ligne