Lion Air, l'inquiétante compagnie indonésienne cliente d'Airbus

L\'avion de la compagnie Lion Air qui a raté son atterrissage, sans faire de blessés, samedi 13 avril 2013 à Bali (Indonésie).
L'avion de la compagnie Lion Air qui a raté son atterrissage, sans faire de blessés, samedi 13 avril 2013 à Bali (Indonésie). (INDONESIAN POLICE / AFP)

Samedi un de ses avions a raté la piste d'atterrissage à bali, signe d'une croissance trop rapide, au détriment de la sécurité, selon des experts du milieu aéronautique.

L'accident de l'avion Lion Air à Bali souligne les risques que la croissance effrénée de la compagnie indonésienne, qui a récemment commandé 234 Airbus A320, pour 18,4 milliards d'euros, se fasse au détriment de la sécurité, avertissent des analystes. Francetv info détaille les arguments des experts.

Une croissance ultra-rapide

Modeste société aux comptes opaques qui n'avait qu'un seul avion il y a 13 ans, Lion Air a signé en 16 mois les deux plus gros contrats de l'histoire de l'aviation civile: en mars, 234 Airbus A320 pour 18,4 milliards d'euros, et en novembre 2011, 230 Boeing 737 pour 21,7 milliards de dollars, soit 17 milliards d'euros. Dans un pari osé à 35,4 milliards d'euros, la compagnie familiale mise ainsi sur le formidable boom du transport aérien en Indonésie, plus grand archipel du monde avec plus de 17 500 îles où le nombre de passagers transportés bondit en moyenne de plus de 20% par an.

Des accidents à répétition

Selon les analystes, ce développement fulgurant du premier transporteur aérien privé d'Indonésie prend des allures de rêve icarien. Dernier exemple : l'accident survenu samedi à Bali, où un Boeing de Lion Air a manqué la piste d'atterrissage, ne faisant que des blessés parmi les 108 personnes à bord.

EVN

"La sécurité peut en effet être mise en danger, quand une compagnie a le regard trop fixé sur la croissance et sur la réduction des coûts, en particulier pour les compagnies à bas prix", estime Daniel Tsang, analyste chez Aspire Aviation, société d'audit hongkongaise spécialisée dans le tranport aérien.

Les circonstances de l'accident ne sont pas encore connues mais les experts soulignent que Lion Air n'en est pas à son premier accident du genre. Entre 2004 et 2006, elle avait connu une série noire de six accidents, qui avaient tous concerné des appareils quittant ou ratant la piste d'atterrissage. Dans l'un d'eux, en décembre 2004, 26 personnes avaient été tuées à Solo, sur l'île de Java.

Un personnel épuisé

Waman Mulyawan, expert à l'Université d'Indonésie, souligne que le problème n'est pas unique à Lion Air et que l'accident de Bali "n'est que la pointe de l'iceberg"."Les pilotes sont épuisés jusqu'à la corde et surexploités et cela pourrait devenir un problème de plus en plus grave à mesure que les compagnies connaissent une croissance rapide sans pour autant que le nombre de personnels navigants suffisamment qualifiés soit suffisant", avertit l'analyste."Si le nombre de pilotes ne peut pas augmenter au même rythme que le nombre d'avions, nous pouvons nous attendrre à des cas encore plus graves à l'avenir. C'est une bombe à retardement".

Attention aux compagnies indonésiennes 

Lion Air reste bannie de l'espace aérien européen et américain, où elle a été classée "compagnie aérienne à risques". Les experts mettent en particulier en garde sur les difficultés de trouver des pilotes suffisamment qualifiés pour être aux commandes des centaines d'avions supplémentaires qui vont parcourir le ciel indonésien dans les années à venir.

Les circonstances de l'accident de Bali ne sont pas encore connues mais plusieurs accidents récemment survenus en Indonésie ont montré le manque de formation des commandants, voire leur comportement parfois hors normes. En janvier 2012, Lion Air avait ainsi été sanctionnée par les autorités après l'arrestation de plusieurs de ses pilotes en possession de méthamphétamine ."Toutes les compagnies (indonésiennes) ont le même problème: employer des équipages suffisamment compétents", explique Tom Ballantyne, correspondant en chef du magazine hongkongais spécialisé Orient Aviation. "Il y a beaucoup de concurrence entre les compagnies pour avoir des pilotes, pour des ingénieurs de maintenance", rappelle-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne