Le rapport explosif de l'AIEA sur le nucléaire iranien

Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad visite un site d\'enrichissement d\'uranium, au sud de Téhéran, le 8 avril 2008. 
Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad visite un site d'enrichissement d'uranium, au sud de Téhéran, le 8 avril 2008.  (ANIAN PRESIDENCY / AFP)

Dans un document confidentiel, l'Agence internationale de l'énergie atomique déclare avoir de "sérieuses" inquiétudes sur le caractère militaire du programme nucléaire iranien.

C'est une première pour l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), habituellement prudente et mesurée sur le dossier du nucléaire iranien. L'AIEA exprime en effet de "sérieuses inquiétudes", mardi 8 novembre, concernant le caractère militaire du programme nucléaire iranien, au moment où les leaders politiques israéliens parlent de nouveau d’une attaque contre l’Iran

"Des activités visant à développer un engin explosif nucléaire"

"L'agence a de sérieuses inquiétudes concernant une possible dimension militaire du programme nucléaire iranien", écrit l'AIEA dans un rapport confidentiel, disant s'appuyer sur des informations "crédibles"

"Ces informations indiquent que l'Iran a mené des activités visant à développer un engin explosif nucléaire." Elles révèlent aussi qu'"avant 2003, ces activités se sont déroulées dans le cadre d'un programme structuré, et que certaines activités pourraient toujours être en cours".

Ces données accréditent les soupçons formulés de longue date par les Occidentaux. L'AIEA exhorte donc l'Iran à se mettre "sans délai" en rapport avec elle afin de clarifier ces informations.

Démenti appuyé de Téhéran

L'Iran n'a "pas besoin de la bombe atomique" pour affronter Washington et ses alliés, a démenti, mardi 8 novembre avant même le rapport de l'AIEA, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait déjà affirmé en juin : "Si nous voulions fabriquer l'arme atomique, nous n'aurions pas peur de l'annoncer."

L'Iran a en outre toujours clamé son refus de l'arme nucléaire, qualifiée de "haram" - contraire à la religion musulmane - par le Guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei.

Le scénario d'une attaque israélienne repoussé

Deux chaînes de télévision israéliennes estiment que ce rapport éloigne, pour le moment, le scénario d'une attaque israélienne contre l'Iran. L'Etat hébreu pourrait attendre "quelques semaines ou quelques mois" afin de voir si la communauté internationale se décide à prendre des "sanctions paralysantes". Ces mesures pourraient consister notamment en un boycott total de la Banque centrale iranienne ainsi que des exportations de pétrole.

Vous êtes à nouveau en ligne