Le Cambodge présent in extremis aux Jeux paralympiques

Thin Seng Hon a peu de chance de remporter une médaille.
Thin Seng Hon a peu de chance de remporter une médaille. (AFP/ Tang Chhin Sothy)

Thin Seng Hon est la seule athlète à représenter le Cambodge lors des Jeux paralympiques qui se déroulent du 29 août au 9 septembre à Londres. La jeune femme a été invitée à concourir par le Comité Olympique. Faute de moyens, son pays ne pouvait pas assurer sa participation.

Pourtant, le pays ne manque pas de candidats. Il déplore le plus grand pourcentage mondial d'amputés : quelque 25.000 Cambodgiens auraient perdu un membre sur une des mines héritées des décennies de guerre.

La jeune femme a été sélectionnée parmi des milliers de sportifs par le Comité Olympique, qui prend en charge son séjour. Elle fait partie de moins d'une centaine de privilégiés qui n'auraient jamais vu Londres sans le soutien des autorités olympiques. 

 

AFP, 27 août 2012.

Née avec une jambe atrophiée, Thin Seng Hon, qui s'alignera sur 100 et 200 mètres, est consciente qu'elle part perdante. Sa «jambe porte-bonheur», une lame à 2.500 dollars, ne fait pas le poids face aux engins ultra-performants des athlètes venant des pays riches. Si les nations en développement sont du voyage à Londres avec des centaines de représentants, beaucoup de pays n'envoient dans la capitale britannique que deux ou trois athlètes. En comparaison, la Grande-Bretagne aligne quelque 300 compétiteurs et la Chine 280.

 

Vous êtes à nouveau en ligne