L'armée thaïlandaise charge les manifestants à Bangkok

(Radio France © France Info)

En cette période - plutôt calme d'habitude - du Nouvel an thaïlandais, c'est la première fois que l'armée fait usage de la force. L'état d'urgence a été décrété hier dans la capitale, pour tenter d'en finir avec les manifestations des "chemises rouges", les partisans de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra.

Au moins 70 blessés. Ce qui devait arriver est arrivé. A Bangkok, la capitale thaïlandaise, l'armée est intervenue pour disperser les "chemises rouges", ces manifestants qui défiaient l'actuel pouvoir depuis des semaines.

Les "chemises rouges", ce sont les partisans de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, en exil aujourd'hui, qui réclament des élections anticipées.
_ L'actuel Premier ministre ne pouvait pas rester sans rien faire... Abhisit Vejjajiva a décrété hier l'état d'urgence.

La conséquence a été immédiate, ou presque : les manifestants ont continué à défiler - et à bloquer un carrefour important de Bangkok -, l'armée est intervenue.
_ Selon des témoins, l'armée a tiré en l'air pour disperser la foule qui avait tendance à lui lancer des cocktails molotov et des pavés ; elle a également fait usage de gaz lacrymogènes.

“Nous commençons par des mesures légères, puis nous passerons aux plus dures. Nous éviterons de sacrifier des vies, comme l'a ordonné le gouvernement”, précise le porte-parole de l'armée.

Effectivement, il reste encore des milliers d'opposants dans les rues de la capitale, et notamment autour du siège du gouvernement. Ici, pas d'intervention militaire en vue...

Le porte-parole du gouvernement précise, lui, que “dans les prochaines heures, plusieurs mesures seront prises pour assurer la sécurité de tous les grands ports, aéroports et infrastructures majeures”.

En attendant, ce midi, c'est au ministère de l'Education à Bangkok, à proximité du siège du gouvernement, que les manifestants s'en sont pris. Le bâtiment est actuellement en flammes. Plusieurs bus ont également été pris pour cible. Des centaines de soldats se dirigent vers ce secteur.

Cette situation très tendue incite plusieurs pays à publier des conseils de prudence à destination de leurs ressortissants. L'ambassade de France à Bangkok recommande aux Français qui se trouvent sur place de ne pas sortir de leurs hôtels. Paris conseille de reporter les voyages non indispensables enThaïlande.

Guillaume Gaven, avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne