L'Afghanistan veut assurer sa propre sécurité en 2014

(Radio France © France Info)

Objectif défendu ce matin par le président afghan Hamid Karzaï, alors que s'ouvrait la conférence internationale sur l'avenir de l'Afghanistan à Kaboul. Des représentants de plus de 60 pays et organisations vont tenter de se mettre d'accord sur les priorités de développement du pays.

Aujourd'hui, près de 140.000 membres des forces internationales, au deux-tiers américaines, sont déployés dans le pays pour assister les forces afghanes face à la rébellion des talibans. Or il est question que l'armée et la police locales prennent le relais des forces étrangères dans tout le pays d'ici à la fin 2014.

Entre les deux, aucune date. Les soldats étrangers seront-ils tous partis en 2014 ? On sait aujourd'hui que le président américain Barack Obama a fixé à juillet 2011 le début du retrait de ses propres troupes. "Cette date est le début d'une nouvelle phase, pas la fin de notre
implication", a rassuré cependant ce matin la secrétaire d'État Hillary Clinton.

Le Premier ministre britannique David Cameron, dont le pays fournit le deuxième contingent, lui souhaiterait organiser le retour de ses hommes avant les prochaines élections britanniques en 2015. Enfin, le secrétaire général de l'Otan a affirmé ce matin que les forces internationales resteront "en soutien" après 2014.

Transition délicate

La rébellion talibane n'a cessé de gagner du terrain, ces quatre dernières années. De fortes détonations ont encore été entendues hier soir dans la capitale afghane, à quelques heures seulement de l'ouverture de cette conférence cruciale.

CQ avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne