Six chiffres qui montrent la gravité des incendies en Australie

Un feu de broussailles à Moruya, dans l\'Etat australien de Nouvelle-Galles du Sud, le 4 janvier 2020.
Un feu de broussailles à Moruya, dans l'Etat australien de Nouvelle-Galles du Sud, le 4 janvier 2020. (PETER PARKS / AFP)

L'état d'urgence a été déclaré dans le sud-est de l'Australie, où plusieurs brasiers menacent la population et les habitations.

L'Australie continue de brûler. Le Premier ministre Scott Morrison a fait appel, samedi 4 janvier, à 3 000 militaires réservistes pour lutter contre les feux de forêt, qui dévastent le pays depuis déjà quatre mois. "Cette décision permet d'avoir plus d'hommes sur le terrain, plus d'avions dans le ciel, plus de navires en mer", a déclaré le chef du gouvernement, critiqué pour sa gestion de la crise.

L'état d'urgence a été décrété dans le sud-est de l'île-continent, la région la plus peuplée. Alors que les conditions météorologiques menacent d'aggraver la situation, franceinfo revient sur cette saison catastrophique des incendies en Australie.

1Au moins 24 personnes tuées

Depuis le début de la saison des incendies en septembre, 24 personnes, dont trois pompiers volontaires, ont perdu la vie. Deux nouvelles victimes ont été découvertes sur l'île Kangourou, samedi matin, précise le Guardian (en anglais). Il s'agit d'un pilote d'avion de 78 ans de son fils, un chirurgien de 43 ans. Leurs corps ont été découverts dans une voiture brûlée, sur l'autoroute. Les enquêteurs supposent qu'ils ont été pris au piège par les flammes alors qu'ils tentaient de s'enfuir.

Un homme a par ailleurs été tué, samedi, alors qu'il tentait de sauver des flammes la maison d'un ami. Les autorités australiennes, qui redoutent que le bilan humain s'aggrave, dénombrent en outre six personnes disparues.

2Six millions d'hectares de végétation brûlés

L'Australie est actuellement ravagée par plus de 200 brasiers, selon le Guardian (en anglais). Depuis le début de la saison des incendies, en septembre, les flammes ont détruit près de 6 millions d'hectares de broussailles et de forêts. Soit l'équivalent de deux fois la Belgique, un peu plus que la surface cumulée des régions Bretagne et Hauts-de-France. Quelque 1 500 maisons ont par ailleurs été réduites en cendres, selon les autorités.

Plus de 150 foyers étaient encore actifs, samedi, en Nouvelle-Galles du Sud et une cinquantaine dans l'Etat de Victoria, poursuit le Guardian. Les feux causent d'importantes coupures d'électricité dans ces deux Etats, où plusieurs messages d'alerte ont été émis. L'un d'entre eux concerne un feu qui pourrait atteindre la périphérie de Sydney par le sud-ouest.

Une conjonction de facteurs (sécheresse exceptionnelle, températures très élevées et vents importants) a donné lieu à une saison des incendies particulièrement dévastatrice en Australie, pointe Le MondeLa Nasa a ainsi comptabilisé près de 65 000 feux de broussailles en Nouvelle-Galles du Sud l'année dernière, contre 13 000 en moyenne, lors des dix-huit années précédentes. Le nombre d'incendies a donc été cinq fois plus élevé en 2019 que lors d'une année ordinaire.

3Près de 50 °C enregistrés à Sydney

La tâche des pompiers australiens est compliquée par les conditions climatiques extrêmes. Des centaines de feux étaient attisés, samedi, par des vents violents et des températures dépassant les 40 °C. "Les prévisions [concernant le pire des scénarios] que nous avions faites ce matin, malheureusement, se réalisent", a déploré la Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, lors d'un point presse.

Le thermomètre a ainsi affiché 44 °C à Canberra, un record historique, selon un porte-parole des services météorologiques australiens. Sydney a également enregistré des températures sans précédent, avec 48,9 °C relevés à 15 heures à Penrith. Cette commune de la banlieue ouest est ainsi devenue "l'un des points les plus chauds de la planète", samedi, selon le Sydney Morning Herald (en anglais). Les températures doivent toutefois baisser dimanche.

4100 000 personnes sommées d'évacuer

L'état d'urgence a été décrété dans le sud-est de l'Australie, région la plus peuplée de l'île-continent, face à l'avancée des incendies. Les autorités ont ordonné vendredi à 100 000 personnes d'évacuer, dans trois Etats. "Nous avons littéralement vu partir des dizaines de milliers de personnes", a témoigné le chef des pompiers de Nouvelle-Galles du Sud. 

Des dizaines de milliers d'Australiens ont quitté leurs domiciles, transformant en villes-fantômes des stations touristiques habituellement animées en cette saison. Les autoroutes reliant les villes du littoral à Sydney et d'autres grandes villes étaient engorgées par de longues files de voitures, vendredi soir. Dans la petite ville balnéaire de Mallacoota, la marine a évacué le même jour un millier d'habitants et de touristes cernés par les flammes. Certains étaient réfugiés sur le front de mer depuis la Saint-Sylvestre.

5Environ 480 millions d'animaux morts

Quelque 480 millions d'animaux (des mammifères, des oiseaux et des reptiles) sont morts depuis septembre, à cause des incendies en Nouvelle-Galles du Sud, assure une étude de l'université de Sydney. "Beaucoup de ces animaux ont sans doute été tués directement dans les flammes, précise l'université sur son site, tandis que les autres sont morts par la suite, faute de nourriture et d'abri, et en raison de la prédation des chats sauvages introduits et des renards roux."

Cette estimation s'appuie sur une étude réalisée en 2007 pour l'ONG WWF, qui s'interrogeait alors sur les conséquences de la déforestation en Nouvelle-Galles du Sud. Ces chiffres ne prennent toutefois pas en compte les populations d'insectes, de chauves-souris et de grenouilles. Le bilan des feux sur la faune pourrait donc être encore plus lourd.

La situation des koalas est particulièrement préoccupante, rappelle le Guardian (en anglais). Au moins 30% des marsupiaux de Nouvelle-Galles du Sud sont morts parce que "jusqu'à 30% de leur habitat naturel a été détruit", selon la ministre de l'Environnement. Cet Etat accueille une part importante de la population des koalas, classés espèce vulnérable.

6Au moins 200 millions d'euros de dégâts

Le coût des incendies est à ce stade impossible à évaluer. Un premier indicateur donne le vertige : 5 259 demandes d'indemnisation ont déjà été déposées, pour un montant global de 321 millions de dollars australiens (près de 200 millions d'euros), détaille Bloomberg (en anglais), jeudi 2 janvier.

Selon un chercheur de l'université de Tasmanie interrogé par la BBC (en anglais), le coût des incendies dans le secteur de la santé pourrait également atteindre plusieurs centaines de millions de dollars australiens. "Environ un tiers de la population australienne a été affectée, avec une exposition prolongée ou ponctuelle [à la fumée des incendies] et parfois des conséquences extrêmes sur leur santé", a-t-il assuré.

Vous êtes à nouveau en ligne