Les incendies ont touché trois Australiens sur quatre, selon une étude

Un feu de forêt dans la ville de Moruya, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie), le 4 janvier 2020. 
Un feu de forêt dans la ville de Moruya, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie), le 4 janvier 2020.  (PETER PARKS / AFP)

En Australie, près de trois millions d'habitants – 14% de la population – ont été contraints d'évacuer ou ont vu leurs maisons détruites ou endommagées.

Des incendies qui ont affecté, de près ou de loin, une très grande partie du pays. Les trois quarts des Australiens, soit près de 18 millions de personnes, ont été touchés par la crise des feux de forêts, selon une étude publiée mardi 18 février. 

Ce sondage, mené par l'université nationale australienne, montre l'ampleur humaine de ces incendies qui ont brûlé durant cinq mois, faisant plus de trente morts et détruisant plusieurs milliers d'habitations. 

Pratiquement tous les Australiens ont été touchés par ces feux et beaucoup d'entre-nous en subiront les conséquences dans les années à venir.Nicholas Biddle, chercheur en sciences sociales

Cette étude, menée auprès de 3 000 personnes, montre que 14% de la population adulte, soit près de trois millions d'habitants, a été directement touchée par cette crise. Ces derniers ont été contraints d'évacuer ou ont vu leurs maisons être détruites ou endommagées. Quelque 15 millions d'Australiens ont été affectés de manière indirecte par ces feux, en raison de la fumée toxique qu'ils ont dégagée ou des projets de vacances qu'ils ont dû changer. 

Le gouvernement désavoué

Une telle ampleur, qui a surpris les chercheurs, devrait être un sujet de préoccupation pour le gouvernement. Les autorités australiennes sont accusées de ne pas avoir apporté les bonnes réponses à la crise et de peu s'inquiéter des questions liées au changement climatique. Les scientifiques affirment que le réchauffement climatique a aggravé la crise saisonnière des incendies, nourrie par un temps particulièrement chaud et sec ces derniers mois sur l'immense île-continent.

Le Premier ministre conservateur, Scott Morrison, a notamment été critiqué pour être parti en vacances à Hawaï au beau milieu de la crise, et pour refuser de réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre.

Seulement 27% des personnes interrogées ont déclaré avoir confiance ou très confiance en leur gouvernement. C'est une des plus importantes baisses de confiance que j'ai jamais observées en si peu de temps.Nicholas Biddle, chercheur en sciences sociales

Le gouvernement est un ardent défenseur de la très puissante et lucrative industrie minière australienne. Parmi les personnes ayant voté en faveur du gouvernement lors des dernières élections législatives en mai, le soutien à la construction de nouvelles mines de charbon a chuté drastiquement (57% en janvier contre 72% avant la crise des incendies). 

Vous êtes à nouveau en ligne