Australie : visualisez sur cette carte où se trouvent les principaux incendies qui ravagent le pays

La fumée de feux de forêts envahit la ville de Moruya, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie), le 4 janvier 2020.
La fumée de feux de forêts envahit la ville de Moruya, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie), le 4 janvier 2020. (PETER PARKS / AFP)

Près de huit millions d'hectares de végétation sont partis en fumée depuis le début de la saison des incendies, en septembre, une superficie équivalente à celle de l'île d'Irlande.

Près de deux cents brasiers ravageaient encore l'Australie, lundi 6 janvier. Des milliers de réservistes de l'armée étaient déployés sur des zones ravagées par les feux de forêt dans trois Etats, après un week-end catastrophique au cours duquel de vastes étendues boisées ont laissé place à des paysages de cendres. Près de huit millions d'hectares de végétation sont partis en fumée depuis le début de la saison des incendies, en septembre, une superficie équivalente à celle de l'île d'Irlande.

Le gouvernement a décidé la plus importante mobilisation de réservistes de l'armée, avec l'appel de 3 000 personnes qui se sont déployées lundi sur la côte est. Pour la première fois de l'histoire australienne, le gouvernement a aussi déployé son équipe d'aide médicale pour prêter son concours aux évacuations. Celle-ci sert en temps normal dans les pays étrangers touchés par des catastrophes naturelles. "Il ne faut pas relâcher les efforts, notamment car 130 feux continuent de brûler" en Nouvelle-Galles du Sud, a déclaré lundi matin la Première ministre de cet Etat.

Le projet MyFireWatch, développé par l'agence Landgate du gouvernement d'Australie-Occidentale et l'université Edith Cowan, permet de visualiser en temps réel les foyers actifs dans le pays. La carte "est actualisée toutes les deux à quatre heures, en fonction de la disponibilité des satellites", explique le site de l'agence (en anglais). Si la localisation des foyers est précise "à plus ou moins deux kilomètres", la taille des pictogrammes n'est "pas représentative de la taille des incendies".

Vous êtes à nouveau en ligne