Des dirigeants Khmers rouges condamnés à la perpétuité

Le tribunal spécial sous l\'égide de l\'ONU a condamné à la prison à vie deux anciens hauts dirigeants des Khmers rouges pour génocide
Le tribunal spécial sous l'égide de l'ONU a condamné à la prison à vie deux anciens hauts dirigeants des Khmers rouges pour génocide (AFP)

Le procès a duré plus de 3 ans. Finalement les deux plus hauts dirigeants Khmers rouges encore vivants, Khieu Samphan et Nuon Chea, ont été condamnés, jeudi 7 août, à la prison à vie pour crimes contre l’humanité par le Tribunal spécial de Phnom Penh.


Khieu Samphan est âgé aujourd’hui de 83 ans. Il fut le chef de l’Etat du Kampuchéa démocratique, éphémère dénomination du Cambodge, imposée par le régime des Khmers rouges entre 1975 et 1979.
La cour l’a condamné à la prison à vie pour crimes contre l’humanité, tout comme Nuon Chea, l’idéologue du parti âgé de 88 ans.

Il y aura un appel. Cela dit, ce jugement fait date. «C’est un jour historique pour les victimes cambodgiennes qui ont attendu 35 ans » a déclaré Lars Olsen, le porte-parole de la cour.

Jour historique également pour ce tribunal, souvent critiqué pour sa lenteur. La cour a été créée suite à un accord entre l’ONU et le Cambodge. Son mandat lui permet de juger les plus hauts responsables du régime.

Financé par l’étranger, le procès du régime Khmer rouge a déjà coûté 215 millions de dollars. Une somme considérable pour un résultat modeste, une seule peine a, pour l’heure, été exécutée :la perpétuité pour Douch, le chef de la prison de Tuol Sleng de Phnom Penh.
 
Le régime des Khmers rouges a provoqué la mort de deux millions de personnes. Durant les débats, les deux hommes, arrêtés en 2007, ont nié toutes les accusations portées à leur encontre.
  
Ils n’en ont pas pour autant fini avec la justice. Un second procès s’est ouvert concernant les accusations de génocide sur les Vietnamiens et la minorité musulmane des Chams du Cambodge.
Vous êtes à nouveau en ligne