DIRECT. Thaïlande : après un coup d'Etat, l'armée suspend le gouvernement et interdit les rassemblements

Les soldats thaïlandais bloquent l\'accès au siège de l\'armée, où leur chef a annoncé un coup d\'Etat, le 22 mai 2014 à Bangkok.
Les soldats thaïlandais bloquent l'accès au siège de l'armée, où leur chef a annoncé un coup d'Etat, le 22 mai 2014 à Bangkok. ( DAMIR SAGOLJ / REUTERS)

L'armée avait surpris, mardi, en décrétant la loi martiale après sept mois d'une crise qui a fait 28 morts et conduit à la destitution de la Première ministre Yingluck Shinawatra. 

"Pour que le pays revienne à la normale", les forces armées "doivent prendre le pouvoir à partir du 22 mai à 16h30" (11h30 à Paris). Le chef de l'armée en Thaïlande,  le général Prayut Chan-O-Cha, a annoncé un coup d'Etat en direct à la télévision, jeudi 22 mai. L'armée avait déjà surpris, mardi, en décrétant la loi martiale. Suivez l'évolution de la situation. 

 Les Nations unies ont exprimé leur crainte de voir les libertés fondamentales remises en cause et ont appelé les autorités à respecter les droits de l'homme. François Hollande a condamné cette prise de pouvoir et plaidé pour "un retour immédiat à l'ordre constitutionnel et l'organisation d'un processus électoral".

Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits pour des "raisons politiques". "Quiconque violant cette interdiction risquera un an de prison, 10.000 bahts d'amende (220 euros), ou les deux", a annoncé un porte-parole de l'armée à la télévision nationale.

 L'armée suspend la Constitution,  "à part le chapitre sur la monarchie", a déclaré un porte-parole militaire, précisant que cela permettrait de "diriger le pays en douceur". "Le Sénat fonctionne toujours", a-t-il précisé, tandis que "le gouvernement est suspendu". Le Premier ministre renversé Niwattumrong Boonsongpaisan et ses ministres ont été convoqués dans une caserne du nord de Bangkok pour rendre compte à l'état-major.