Corée du Sud : l'ex-présidente Park Geun-Hye a été arrêtée et placée en détention

L\'ex-présidente Park Geun-Hye, le 21 mars à Séoul (Corée du Sud).
L'ex-présidente Park Geun-Hye, le 21 mars à Séoul (Corée du Sud). (KIM HONG-JI / AFP)

Un mandat d'arrêt avait été émis contre l'ex-présidente pour corruption et abus de pouvoir, ainsi que pour avoir livré des secrets gouvernementaux.

L'ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a été arrêtée jeudi 30 mars (vendredi 31 mars, heure locale) dans le cadre du scandale pour corruption ayant mené à sa destitution. Park Geun-Hye, qui se trouvait dans les bureaux du procureur dans l'attente de la décision du tribunal, a été conduite dans un centre de détention près de Séoul.

Cela fait suite à une audience marathon. Le tribunal central de Séoul avait émis un mandat d'arrêt contre l'ex-présidente pour corruption et abus de pouvoir, ainsi que pour avoir livré des secrets gouvernementaux. "Il est justifié et nécessaire d'arrêter (Mme Park), étant donné que des accusations clés sont étayées et qu'existe le risque de destruction de preuves", a expliqué le tribunal dans un communiqué.

Sa sulfureuse confidente de l'ombre actuellement jugée

Son arrestation et son placement en détention provisoire constituent une étape de plus dans la disgrâce de celle qui avait pourtant réalisé un score record lors de la présidentielle de 2012. Ce scrutin avait fait d'elle la première femme à accéder à la fonction suprême en Corée du Sud.

Sa descente aux enfers a débuté en milieu d'année dernière avec les révélations sur les agissements de son amie de 40 ans et sulfureuse confidente de l'ombre, Choi Soon-Sil, qui n'occupait aucune fonction officielle. Cette dernière est actuellement jugée notamment pour avoir profité de sa proximité avec la présidente afin de soutirer des millions de dollars à des conglomérats sud-coréens.