Corée du Nord : 6 mois de camp de travail pour ne pas avoir assez pleuré Kim Jong-il

Des Nord-Coréennes pleurent la mort du dictateur Kim Jong-il, lors de ses funérailles, le 28 décembre 2011.
Des Nord-Coréennes pleurent la mort du dictateur Kim Jong-il, lors de ses funérailles, le 28 décembre 2011. (TELEVISION NORD-COREENNE / AFP)

Le pouvoir nord-coréen a commencé à punir des habitants qui n'ont pas été assez démonstratifs lors du deuil de l'ancien dictateur décédé le 17 décembre.

Les larmes ou la détention. Le pouvoir nord-coréen a commencé à punir des habitants qui n'ont pas assez pleuré lors du deuil de Kim Jong-il, l'ancien dictateur décédé le 17 décembre. Cette information a été révélée mercredi 11 janvier par le Daily NK. Ce journal d'exilés nord-coréens, dont la rédaction est basée en Corée du Sud, cite une source sur place.

D'après ce quotidien, des "officiels" du gouvernement ont prévu d'envoyer au moins six mois dans un camp de travail tous ceux qui n'auraient pas participé aux rassemblements en l'honneur de Kim Jong-il lors de la période de deuil. Cette peine s'appliquerait aussi aux personnes qui y ont pris part mais "n'ont pas assez pleuré ou ne semblaient pas sincères".

Par ailleurs, des procès publics auraient eu lieu pour juger les Nord-Coréens qui auraient tenté de quitter le pays à la suite de la mort du "cher leader" ou essayé d'appeler des pays étrangers via un téléphone portable. Les habitants qui auraient critiqué le système dynastique du pays, dans lequel le fils de Kim Jong-il, Kim Jong-un, lui a succédé, risquent d'être bannis de leur famille et envoyés loin de chez eux.

Vous êtes à nouveau en ligne