Chine. Six Tibétains se sont immolés par le feu en deux jours

Une Tibétaine en exil allume des bougies à la mémoire des Tibétains qui se sont immolés par le feu, le 8 novembre 2012 à Dharamshala (Inde).
Une Tibétaine en exil allume des bougies à la mémoire des Tibétains qui se sont immolés par le feu, le 8 novembre 2012 à Dharamshala (Inde). (STRDEL / AFP)

Le dernier geste désespéré a eu lieu jeudi, jour de l'ouverture du Congrès du Parti communiste à Pékin.

CHINE – En deux jours, six Tibétains se sont immolés par le feu, ou ont tenté de le faire, dans les régions tibétaines chinoises. Selon le gouvernement tibétain en exil, qui a révélé l'information vendredi 9 novembre, le dernier geste désespéré a eu lieu jeudi, jour de l'ouverture à Pékin du 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC), à l'issue duquel doivent être désignés les nouveaux dirigeants du pays.

En réaction, les autorités chinoises ont resserré encore leur étau sur les régions tibétaines. A bord de véhicules anti-émeute, le policiers ont notamment renforcé leurs patrouilles dans la ville de Tongren, dans la province du Qinghai (ouest de la Chine), après que des milliers de protestataires s'y sont rassemblés jeudi, a indiqué l'organisation de défense des Tibétains, Free Tibet.

70 immolations depuis mars 2011

"Il y a beaucoup de policiers dans les rues. Ils ont augmenté leurs patrouilles qui se déroulent 24 heures sur 24", a déclaré à l'AFP par téléphone une commerçante de Tongren. "Aucun doute, les patrouilles sont renforcées. Et il y a très peu de gens dans les rues", a confirmé un autre résident. Contactée par l'AFP, la police de Tongren a refusé de s'exprimer.

A Pékin, en plein congrès du PCC, on craint des débordements. Selon le Washington Post (lien en anglais), des pompiers présents sur la place Tian'anmen sont mis à disposition pour "éteindre" toute personne qui tenterait de s'immoler par le feu.

Une équipe de pompiers au garde-à-vous sur la place Tinanmen
Une équipe de pompiers au garde-à-vous sur la place Tinanmen (VINCENT YU/AP/SIPA / AP)

La Chine affirme avoir "libéré pacifiquement" le Tibet et amélioré le sort de sa population en finançant le développement économique de cette région pauvre et isolée. Mais de nombreux Tibétains ne supportent plus ce qu'ils considèrent comme une domination grandissante des Han, l'ethnie ultra-majoritaire en Chine, et la répression de leur religion et de leur culture. Près de 70 personnes, en majorité des moines bouddhistes, se sont immolées par le feu ou ont tenté de le faire depuis début mars 2011 dans les zones tibétaines chinoises.

Vous êtes à nouveau en ligne