Chine. Bo Xilai exclu du Parti communiste

Bo Xilai, le 13 mars 2012 à Pékin.
Bo Xilai, le 13 mars 2012 à Pékin. (RI XI SZ / AFP)

L'agence officielle Xinhua a mis fin vendredi 27 septembre au suspens qui entourait le sort du dirigeant déchu. Il devra répondre de ses actes "devant la justice".

ASIE-PACIFIQUE - Le sort de Bo Xilai est scellé. Après des mois de tergiversations, les dirigeants chinois se sont mis d'accord sur le cas du dirigeant déchu, démis de ses fonctions en avril après les rélévations sur la responsabilité de sa femme dans le meurtre d'un Britannique. L'agence officielle Xinhua a annoncé vendredi 30 septembre que l'ancien numéro un de Chongqing, une ville du centre de la Chine, était exclu du Parti communiste et qu'il devrait répondre de ses actes "devant la justice".

Personnage principal du plus grand scandale politique de ces dernières années en Chine, Bo Xilai est accusé d'avoir "commis de graves erreurs et abusé de son pouvoir dans l'affaire d'homicide volontaire concernant [son adjoint] Wang Lijun et [son épouse] Gu Kailai, pour laquelle il porte une lourde responsabilité". "Les actes de Bo Xilai ont eu des conséquences graves et ont terni l'image du Parti et de l'Etat", poursuit Xinhua. Toujours selon l'agence, Bo est également accusé de corruption "massive" et d'avoir entretenu des relations sexuelles "impropres" avec plusieurs femmes.

Le Congrès se tiendra le 8 novembre

Après les condamnations de Wang Lijun et de Gu Kailai, cette annonce met fin à un scandale qui a empoisonné la vie du pouvoir chinois en cette année de transition, qui verra le numéro un Hu Jintao passer la main à Xi Jinping lors du 18e Congrès du Parti communiste. "Bo Xilai a beaucoup de soutiens, pas seulement dans sa ville de Chongqing, mais également au sein du parti et de ses élites. Il est donc difficile de trouver un consensus sur son sort", expliquait jeudi 26 septembre à FTVi Bo Zhiyue, chercheur à l'université de Singapour et spécialiste de l'élite politique chinoise.

Pour le chercheur, les désaccords sur le sort du dirigeant déchu sont l'une des causes du retard inhabituel de l'officialisation de la date du Congrès. Xinhua a profité de l'annonce de l'exclusion de Bo Xilai pour révéler que cet événement majeur de la vie politique chinoise, d'une importance comparable à l'élection présidentielle en France, se tiendrait le 8 novembre.

Vous êtes à nouveau en ligne