Birmanie : au moins 71 morts dans une attaque de rebelles musulmans rohingyas

Cet épisode est le plus meurtrier depuis plusieurs mois dans le pays, marqué par de fortes tensions entre musulmans et bouddhistes.
Cet épisode est le plus meurtrier depuis plusieurs mois dans le pays, marqué par de fortes tensions entre musulmans et bouddhistes. (SOE THAN WIN / AFP)

Plus de 20 postes de police ont été attaqués par quelque 150 hommes armés.

Au moins 71 personnes sont mortes dans l'ouest de la Birmanie, vendredi 25 août, lors d'affrontements entre des policiers et des rebelles rohingyas, une minorité musulmane largement discriminée dans le pays. Selon le dernier bilan donné par le gouvernement, 12 membres des forces de l'ordre et 59 rohingyas ont été tués.

Plus de 20 postes de police ont été attaqués par 150 hommes armés. Cet épisode est le plus meurtrier depuis plusieurs mois dans cette région, située à l'ouest du pays et marqué par de fortes tensions entre musulmans et bouddhistes.

120 000 personnes dans des camps

Les rohingyas sont considérés comme des immigrés du Bangladesh voisin et appelés à ce titre "bengalis", le terme "rohingya" étant tabou. Cent vingt mille personnes issues de cette minorité sont parquées dans des camps en Birmanie, un pays à majorité bouddhiste où des moines radicaux influents dénoncent les musulmans comme une menace.