Au moins 15 morts lors d'un assaut contre le groupe Etat islamique au Sri Lanka

Des soldats prennent la garde près du lieu de l\'assaut mené contre une cache supposée de membres du groupe Etat islamique, samedi 27 avril à Kalmunai (Sri Lanka).
Des soldats prennent la garde près du lieu de l'assaut mené contre une cache supposée de membres du groupe Etat islamique, samedi 27 avril à Kalmunai (Sri Lanka). (STRINGER / AFP)

La police et l'armée disent avoir identifié une cache de l'organisation terroriste. Après une fusillade de plus d'une heure, trois hommes se sont fait exploser. 

Au moins 15 personnes, dont six enfants, sont mortes dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 avril lors d'un assaut des forces de sécurité du Sri Lanka contre des jihadistes présumés, annonce la police locale. Des militaires et des policiers ont essayé d'entrer dans ce qui était une cache de l'organisation Etat islamique à Kalmunai (dans l'Est du pays), selon leurs renseignements, quand trois hommes se sont fait exploser, tuant trois femmes et six enfants.

Echange de coups de feu pendant plus d'une heure

Ces kamikazes sont soupçonnés d'appartenir au National Thawheed Jama'ut (NTJ), l'un des deux groupes islamistes sri-lankais auxquels les autorités imputent la responsabilité des attaques du dimanche de Pâques. "Trois autres hommes" ont également été trouvés morts en dehors de la maison et sont soupçonnés d'avoir été des kamikazes, selon la police.

L'assaut a donné lieu à plus d'une heure d'échange de coups de feu, a ajouté un porte-parole de l'armée, Sumith Atapattu, et les corps ont été découverts ensuite, lors de la perquisition. L'armée et la police précisent encore qu'un civil a été victime de la fusillade et que les forces de l'ordre n'ont pas déploré de blessé.

"Environ 140 personnes liées au groupe Etat islamique"

Les attaques suicides, qui ont visé des églises et des hôtels de luxe, ont fait 253 morts (et non plus 359), selon un dernier bilan largement révisé à la baisse. Après ces attentats contre des chrétiens, le président Maithripala Sirisena avait déclaré que, selon "des informations", il y avait environ "140 personnes au Sri Lanka liées au [groupe] Etat islamique". Il avait promis qu'il ferait tout pour "les éradiquer très vite". Au total, depuis dimanche, quelque 76 personnes ont été interpellées, dont des ressortissants originaires de Syrie et d'Egypte. 

FRANCE 2

Vendredi, la police avait annoncé avoir saisi 150 bâtons de dynamite et un drapeau du groupe terroriste, lors d'une perquisition dans une ville voisine, Sammanthurai. Selon les enquêteurs, c'est là que la vidéo de revendications des attentats avait été tournée. Par ailleurs, les autorités recherchaient depuis cinq jours le chef du groupe qui a mené les attaques, Zahran Hashim, mais elles affirment désormais que ce dernier est mort pendant les attentats.

Vous êtes à nouveau en ligne