Nouvelle-Zélande : le tueur de Christchurch ne s'exprimera pas à son procès

Le suprémaciste blanc, Brenton Tarrant, lors de son procès, le 26 août 2020.
Le suprémaciste blanc, Brenton Tarrant, lors de son procès, le 26 août 2020. (JOHN KIRK-ANDERSON / POOL)

Le suprémaciste blanc Brenton Tarrant a assassiné 51 musulmans en 2019 dans des attentats contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande. Sa peine sera prononcée par le tribunal jeudi.

Il ne parlera pas. Le suprémaciste blanc Brenton Tarrant, qui a assassiné 51 fidèles musulmans à Christchurch (Nouvelle-Zélande) en 2019, a fait savoir mercredi 26 août qu'il ne s'exprimerait pas directement lors de son procès. Le tribunal de Christchurch doit annoncer son verdict jeudi.

Les accusés ont le droit de faire une déclaration lors de leur procès, et beaucoup s'attendaient à ce que le suprémaciste blanc en profite pour défendre ses idées extrémistes. Au point que des restrictions drastiques avaient été ordonnées dans la couverture médiatique de l'événement, pour ne pas offrir une tribune au tireur.

Cet Australien de 29 ans avait choisi d'assurer lui-même sa défense. S'il a décidé de ne pas s'adresser en personne à la cour, un avocat commis d'office fera tout de même une brève déclaration de sa part jeudi. Brenton Tarrant a plaidé coupable de 51 meurtres, 40 tentatives de meurtres et un chef d'accusation de terrorisme lors de l'attaque des mosquées al-Nour et Linwood, le 15 mars 2019, à Christchurch. 

Vous êtes à nouveau en ligne