Le tueur de Christchurch envoie une lettre depuis sa prison et place les autorités néo-zélandaises dans l'embarras

Brenton Tarrant est accusé d\'avoir tué 51 personnes dans deux mosquées de Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019.
Brenton Tarrant est accusé d'avoir tué 51 personnes dans deux mosquées de Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 15 mars 2019. (STEPHANIE MCEWIN / AP / SIPA)

Brenton Tarrant a adressé une lettre manuscrite de six pages à un destinataire basé en Russie. Le courrier a ensuite été mis en ligne sur le forum 4chan.

L'auteur des attentats de Christchurch, Brenton Tarrant, a adressé un courrier depuis la cellule de sa prison hautement sécurisée. La lettre de six pages, adressée à un certain "Alan", a ensuite été publiée par un utilisateur du forum 4chan, fréquenté par de nombreux suprémacistes blancs. Dans le document daté du 4 juillet et rédigé au crayon, Brenton Tarrant affirme avoir voyagé pendant un mois en Russie, en 2015. Il évoque un "grand conflit" en préparation, qui peut être interprété comme un appel à prendre les armes.

La mise en ligne de ce courrier a suscité un vif émoi dans le pays, cinq mois après les tueries durant lesquelles 51 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées. "Nous n'avons jamais eu à gérer un détenu comme cela auparavant", a réagi le ministre des Services pénitentiaires, Kelvin Davis, tout en rappelant que la loi néo-zéalandaise n'autorisait les directeurs des établissements à conserver les courriers d'un détenu que dans un nombre "très restreint" de cas de figure. Le ministre a ajouté qu'il était opposé à ce que le tueur de Christchurch puisse mener une telle correspondance.

Après examen, nous reconnaissons que cette lettre aurait dû être refusée. Nous avons modifié la gestion du courrier de ce prisonnier.Kelvin Davis, ministre des Services pénitentiairescommuniqué

"Je me renseigne pour savoir si nos lois sont toujours adaptées et j'ai demandé conseil pour savoir quels changement nous pourrions apporter", a-t-il encore affirmé, selon des propos rapportés par l'agence AP (en anglais). La Première ministre, Jacinda Ardern, qui a promis de ne jamais prononcer le nom de Brenton Tarrant afin de ne pas lui offrir une publicité, s'est également émue de la publication de ce courrier, lors d'un déplacement aux îles Tuvalu.

Je pense que les Néo-Zélandais espèrent que cet individu ne puisse pas être en mesure de partager ses messages de haine depuis sa cellule.Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise

Cette affaire survient quelques jours après une attaque commise par Philip Manshaus dans une mosquée des environs d'Oslo (Norvège). Un homme utilisant ce nom avait publié un message sur le forum EndChan dans lequel il invitait ses lecteurs à porter "la guerre des races" dans la vie réelle. Il se disait choisi par "Saint Tarrant", en référence au tueur de Christchurch. Début août, le tueur d'El Paso, au Texas (Etats-Unis), avait également cité Brenton Tarrant parmi ses sources d'inspiration dans un document découvert après son attaque sur des passants.

La mise en ligne d'une lettre du tueur de Christchurch est donc considérée par certains comme un appel à commettre d'autres actes terroristes. "Les Néo-Zélandais seront horrifiés de savoir que les services pénitentiaires ont autorisé [Brenton Tarrant] à envoyer une lettre comportant un appel à l'acte et qui a ensuite été mis en ligne", a notamment réagi le porte-parole de l'opposition, David Bennett. Le terroriste a plaidé non coupable à des accusations de terrorisme, de meurtre et de tentative de meurtre. Il sera jugé en mai 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne