Attentats à Christchurch : Brenton Tarrant ne veut pas d'avocat

Des policiers néo-zélandais devant l\'une des moquées attaquées, le 16 mars 2019 à Christchurch (Nouvelle-Zélande).
Des policiers néo-zélandais devant l'une des moquées attaquées, le 16 mars 2019 à Christchurch (Nouvelle-Zélande). (RECEP SAKAR / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le principal suspect de la tuerie de vendredi a indiqué vouloir se défendre seul.

L'extrémiste australien poursuivi dans l'enquête sur les attentats dans deux mosquées de Christchurch compte se défendre seul et semble être quelqu'un de "rationnel". C'est ce qu'a déclaré lundi 18 mars à l'AFP son avocat commis d'office. Brenton Tarrant a été inculpé samedi pour meurtre par le tribunal de district de Christchurch lors d'une brève comparution au cours de laquelle il a fait de la main le signe de reconnaissance des suprémacistes blancs.

L'avocat Richard Peters, qui avait été commis d'office lors de l'audience préliminaire, a précisé que l'Australien de 28 ans avait "indiqué qu'il ne veut pas d'avocat". "Il veut assurer sa défense seul dans cette enquête", a déclaré l'avocat, qui a estimé que la question de la responsabilité pénale ne se posait pas dans le cas de Brenton Tarrant. "Il est apparu comme quelqu'un de rationnel et qui ne souffre pas d'un handicap mental. C'est comme cela qu'il est apparu. Il semblait comprendre ce qui se passait", a déclaré l'avocat.

L'attaque de deux mosquées de Christchurch vendredi, que l'inculpé a filmée et diffusée en direct sur les réseaux sociaux, a fait 50 morts et des dizaines de blessés.

Vous êtes à nouveau en ligne