A son tour, Alain Juppé rencontre Aung San Suu Kyi en Birmanie

Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé rencontre l\'opposante Aung San Suu Kyi à Rangoun (Birmanie), le 15 janvier 2012. 
Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé rencontre l'opposante Aung San Suu Kyi à Rangoun (Birmanie), le 15 janvier 2012.  (FREDERIC DE LA MURE / AFP)

Le ministre a salué une visite "historique" dans le pays, qui a déjà reçu ces derniers mois Hillary Clinton et William Hague. 

Alain Juppé ne s'est pas rendu les mains vides en Birmanie, où il a rencontré dimanche 15 janvier au matin à Rangoun l'opposante Aung San Suu Kyi. Le ministre français des Affaires étrangères doit en effet lui remettre les insignes de commandeur de la Légion d'Honneur lors de cette visite qu'il a lui-même qualifiée d'"historique"

La visite d'Alain Juppé intervient après la libération vendredi de quelque 300 prisonniers politiques, dont des leaders du soulèvement populaire de 1988 et de la "révolte Safran" de 2007, réprimés dans le sang. Cette mesure a été saluée par l'ONU, l'Union européenne et les Etats-Unis. 

Des réformes saluées par la Dame de Rangoun

Après un entretien de moins d'une heure avec le ministre français dans la vieille bâtisse où elle a passé la majeure partie des vingt dernières années assignée à résidence, la "Dame" de Rangoun a salué, en français, les réformes en cours dans son pays.

"Nous espérons que ces nouveaux développements renforceront le processus de démocratisation et la réconciliation nationale", a-t-elle déclaré, insistant sur la nécessité "d'arriver à la fin des conflits ethniques".

Signe de l'apaisement en marche entre la Birmanie et l'Occident, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'est rendue début décembre dans le pays, tout comme le chef de la diplomatie britannique William Hague début janvier.

Vous êtes à nouveau en ligne