Arrestation d'un colon accusé de deux meurtres

L'homme est soupçonné d'avoir tué 2 Palestiniens en 1997 et commis plusieurs attentats à la bombe

L'homme est soupçonné d'avoir tué 2 Palestiniens en 1997 et commis plusieurs attentats à la bombeL'homme est soupçonné d'avoir tué 2 Palestiniens en 1997 et commis plusieurs attentats à la bombe

Le suspect, Jack Teitel, âgé de 37 ans, originaire des Etats-Unis, a été arrêté le mois dernier, a révélé le chef de la police à Jérusalem.

Marié et père de quatre enfants, résidant dans une colonie en Cisjordanie, il a avoué le meurtre d'un chauffeur de taxi à Jérusalem-est et celui d'un berger palestinien au sud d'Hebron (Cisjordanie).

Il a justifié ces meurtres en expliquant qu'il voulait venger des attentats suicide commis en Israël par des groupes palestiniens, a ajouté la police.

Il est également accusé d'avoir posé une bombe à proximité d'un couvent près de Beit Shemesh.Un Palestinien avait été blessé dans l'explosion. Il aurait également envoyé un colis piégé à une famille appartenant à un groupe de juifs messianiques, qui croient en Jésus. Un adolescent de 15 ans avait été grièvement blessé lors de l'ouverture du paquet.

Il s'en serait aussi pris à un intellectuel de gauche, le professeur d'histoire Zeev Sternhekl, chez qui il aurait déposé un engin piégé à l'entrée de sa maison. Âgé de 74 ans, le professeur de Sciences politiques avait été légèrement atteint à une jambe.

De nombreuses armes ont été découvert au domicile de M.Teitel. Il a été arrêté le mois dernier alors qu'il collait des affichettes à Jérusalem appelant au meurtre d'homosexuels tout en faisant l'apologie de l'attentat contre un centre d'aide à la communauté gay qui a fait deux morts le 1er août à Tel-Aviv.

Selon les enquêteurs, il aurait agi seul.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pour sa part déploré dans un communiqué l'existence "parmi nous d'une minorité qui n'est pas prête à accepter la démocratie et l'état de droit".

"Nous avons déjà pu constater l'étendue des dégâts qu'un assassin peut provoquer", a ajouté M. Netanyahu en faisant allusion au meurtre d'Yitzhak Rabin, le Premier ministre tué le 4 novembre 1995 par un extrémiste de droite à Tel Aviv.

Les dirigeants colons ont condamné ces attaques.

Vous êtes à nouveau en ligne