Amnesty évoque de possibles crimes de guerre russes en Syrie

(Bombardement attribué aux Russes dans la ville syrienne d'Idlib, le 20 décembre. © REUTERS/Ammar Abdullah)

Les bombardements effectués par la Russie en Syrie pourraient équivaloir à des crimes de guerre en raison du nombre de civils tués dans les frappes russes, estime mercredi Amnesty International en parlant de violation du droit humanitaire.

"Les frappes aériennes russes en Syrie ont tué des centaines de civils et provoqué des destructions massives dans des zones habitées, touchant des maisons, une mosquée et un marché animé, ainsi que des centres de soin, lors d'attaques où les faits montrent qu'il y a eu violation du droit humanitaire international ", écrit Amnesty dans un nouveau rapport.

Moscou dément

La Russie a entamé le 30 septembre une campagne de bombardements aériens en Syrie, en disant vouloir aider le principal allié du Kremlin au Moyen-Orient, le président Bachar al Assad, à battre le groupe djihadiste Etat islamique et d'autres organisations extrémistes. Moscou a démenti vigoureusement à plusieurs reprises avoir atteint des civils, disant veiller soigneusement à éviter de bombarder les zones d'habitation.

200 civils tués... pour une dizaine de djihadistes

Prié de réagir aux accusations lancées dans son rapport par Amnesty International, le ministère russe de la Défense a dit ne pas avoir de commentaire à faire pour le moment, tandis que le ministère des Affaires étrangères déclarait devoir tout d'abord étudier le rapport avant de se prononcer officiellement. Selon Amnesty, dont les accusations font écho à celles de certains observateurs syriens, les bombardements aériens russes ont tué au moins 200 civils et une dizaine de djihadistes de septembre à novembre.

"De telles attaques pourraient équivaloir à des crimes de guerre "

Ce rapport, dont les conclusions sont tirées de l'étude de six attaques qui ont visé Homs, Idleb et Alep, s'appuie sur des témoignages et des récits de survivants, ainsi que sur des documents vidéo et des photos montrant les conséquences des attaques. Les bombardements russes "semblent avoir attaqué directement des civils ou des biens civils en visant des quartiers résidentiels apparemment dépourvus d'objectifs militaires, et en visant aussi des centres de soin ", déclare Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord au sein d'Amnesty International. "De telles attaques pourraient équivaloir à des crimes de guerre ", ajoute-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne